Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 11:32






                                   

                                                          

Viseu est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Viseu et la région Centre.

Le district de Viseu est un district du Portugal. Sa superficie est de 5 011,67 km², ce qui en fait le 9e du pays en termes de superficie. Sa population est de 395 202 habitants. Sa capitale est la ville éponyme de Viseu.




Depuis la dernière décennie, Viseu connait une importante croissance démographique,


                                       



L'économie municipale est basée dans l'agro-pastorale, la sylviculture, l'industrie alimentaire, serrureries, commerce détaillant et grossiste, construction civile et oeuvres publiques, services publics et privés (panneau et assurances).




                   

Viseu est la pétillante et charmante capitale de Beira Alta, le centre de la région vinicole de Dão, entourée par d'extraordinaires paysages boisés. 





Parcourez les rues où s’est promené l’Infant D. Henrique, le Navigateur qui habita ici et devint Duc de Viseu. Dans la Rua Escura (Rue sombre), les gargouilles et les fenêtres gothiques vous guettent du haut des maisons du XVIe siècle. Marchez sur la tortueuse et mouvementée rua Direita (rue Droite) où se concentre le commerce traditionnel. Aux Quatro Esquinas (Quatre Chemins), où se dressait autrefois l’une des portes de la muraille médiévale, vous trouverez le croisement qui vous mènera vers de nouvelles découvertes.



L’imposante cathédrale en granit couronne le haut plateau, mais au temps de l’occupation de Rome la population se dispersait dans sa partie la plus basse, où se trouve la Cava de Viriato et le Parc do Fontelo. Au VIè siècle Viseu était une ville épiscopale du règne suève. On raconte que le dernier roi des Goths, D. Rodrigo mourut ici et que ses cendres sont conservées dans un modeste tombeau en granit, à l’intérieur de l’église de S. Miguel de Fetal. 
Le charme de Viseu se reflète dans l’atmosphère médiévale de ses rues, dans les palais ayant appartenus à la noblesse et aux hommes d’Église, ennoblis par l’imposant granit, dans les places et les jardins arborés, dans le patrimoine sur les nombreuses époques, témoignages de sa vitalité.






De vieux manoirs, des portails blasonnés, sculptés dans le granit, une vie intense qui se cache dans des ruelles à l’ombre de la vieille Cathédrale d’une ville dont la mémoire se perd dans le temps.





Dans le trouble de la période de la Reconquête Viseu se trouva tantôt aux mains des Musulmans, tantôt aux mains des Chrétiens, mais en 1058 Fernando Magno de Leão la reconquit définitivement pour la Croix. D. Teresa, mère de D. Afonso Henriques lui donna son premier “foral” en 1123, confirmé par son fils en 1187, lorsqu’il était déjà premier roi du Portugal. En 1383, avec la mort du roi D. Fernando I et une fois la crise dynastique installée, Viseu fut saccagée par les troupes de Castille.





De nouveaux murs de défense furent construits par D. João I (r.1383-1433), achevés seulement en 1472 par son petit-fils D. Afonso V. De cette enceinte "afonsina" de Quatre cent il ne reste que quelques fragments intégrés au tissu urbain et deux portes, celle du Soar et celle des Cavaleiros. Située au centre d’une région de pâturages de montagne, avec un intense mouvement de troupeaux transhumants, c’est à Viseu qu’avait lieu la grande foire annuelle du bétail, à l’origine de la foire de S. Mateus, un des grands évènements qui animent la ville tous les ans en août/septembre.







A l’improviste, découvrez la maison où serait né le roi D. Duarte, le frère du Navigateur ; un peu plus loin, la Porte du Soar, ouverte dans l’ancienne muraille et une autre rue qui mène droit à l’ombre des tilleuls du «salon» de la ville, la Place du Rossio.






À partir du XVIè siècle la butte où se trouve la cathédrale est devenue le centre de développement du bourg. Ce siècle témoigna du développement d’une culture artistique notable qui atteignit son apogée grâce à Vasco Fernandes (Grão Vasco), dont l’oeuvre exemplaire est conservée au Musée Grão Vasco.





Dans les grandes montagnes avoisinantes Viriato vainquit les puissantes légions romaines. Ce chef lusitanien qui est le plus ancien héros des Portugais est commémoré par une statue à la Cava de Viriato, un lieu énigmatique pour les archéologues.

                
                         



Sé Cathédrale de Viseu

L’imposante cathédrale en granit couronne le haut plateau, mais au temps de l’occupation de Rome la population se dispersait dans sa partie la plus basse, où se trouve la Cava de Viriato et le Parc do Fontelo. Au VIè siècle Viseu était une ville épiscopale du règne suève. On raconte que le dernier roi des Goths, D. Rodrigo mourut ici et que ses cendres sont conservées dans un modeste tombeau en granit, à l’intérieur de l’église de S. Miguel de Fetal. Mais c’est autour de la place de la Cathédrale que bat le cœur de Viseu. Et ici plusieurs choses vont immédiatement vous séduire : les œuvres de l’admirable Vasco Fernandes (Grão Vasco) que vous trouverez au musée qui porte son nom, l’originale voûte de la Cathédrale « attachée » par de grosses cordes et des nœuds en pierre, art des Découvertes dans cette ville loin de la mer, ses cloîtres et son fabuleux trésor, la joyeuse façade rocaille de l’église de la Misericórdia.






L’aspect extérieur de cette cathédrale est imposant, bien que lourd et austère. Sa structure originelle était une construction romane de laquelle subsistent deux tours qui compriment le frontispice, lequel, au premier regard, démontre des courants et des goûts architecturaux bien postérieurs.
Pour terminer ce périple dans la Sé Cathédrale, visitez le cloître dont l'accès se fait par l'église et par le Trésor du Musée de la Cathédrale





La façade a été érigée à la moitié du XVIIe siècle pour remplacer l’ancienne façade Renaissance qui s’est écroulée en 1635. Elle présente un détail intéressant: six niches en pierre sculptée. La dernière niche abrite une représentation de Sainte-Marie de l’Assomption, la sainte patronne de la Cathédrale. Au-dessous, également dans l'axe central, se trouve la représentation de S. Teotónio, un homme aux nombreuses vertus, qui fut Prieur de la cathédrale entre 1112 et 1119, puis saint patron de la ville de Viseu. Dans les niches latérales sont représentés quatre évangélistes accompagnés de leurs respectifs symboles. 

                              

La chapelle principale, modifiée au XVIIIe siècle était jadis décorée d’un très beau retable de Vasco Fernandes, représentant des scènes de la vie du Christ, aujourd’hui conservé au Musée Grão Vasco. L’actuel retable, une œuvre baroque qui révèle le goût à la mode du temps du roi João V, est signé Francisco Machado. Les élégantes stalles du XVIIIe siècle sont en bois de jacaranda, du Brésil, sculpté et doré. 


                                   

                         


         


Mais ce qui est véritablement intéressant dans cette cathédrale portugaise c'est l’intérieur et plus particulièrement l’originale voûte où les nervures ont la forme d’une croix. Elles sont admirablement taillées dans la pierre comme s'il s’agissait d’une grosse corde nouée en son centre, des attributs nautiques très caractéristiques du style manuélin, qui lui confèrent une fine élégance. Les voûtes se terminent en fleurons en pierre d’Ançã et reproduisent les devises des rois et les blasons des évêques, notamment celui de Diogo Ortiz, Évêque de la ville, astrologue à qui l’on doit cette œuvre achevée en 1513.






Sur le côté, un corridor revêtu d’azulejos du XVIIIe siècle permet l’accès à la sacristie, édifiée en 1574, et richement décorée de peintures au plafond en bois avec, en son centre, l’écu de l’évêque Jorge de Ataíde, mentor de cette construction. Les murs sont entièrement couverts d’azulejos polychromes du XVIIe siècle. 




                                   



La vieille ville a des monuments intéressants, comme la cathédrale et le Musée Grão Vasco, célébrant un renommé artiste du XVIème siècle. En août et septembre, Viseu célèbre une foire animée, mais on pourrait aussi manger très bien dans ses restaurants régionaux pendant toute l'année. Dans le même département, Sernancelhe attire par ses petites maisons blanchies en granite mouluré, et une église romane avec des statues aussi en granite. Au nord-est, le château médiéval de Penedono, construit sur des rochers, est un site intéressant. Tout près, la Chapelle de São Pedro de Balsemão est considérée la plus vieille église du pays, datant du VII siécle   Musée de Grão Vasco.
Fondé en 1915 par Francisco de Almeida Moreira, qui consacra une grande partie de sa vie à rassembler des oeuvres portugaises, en particulier celles qui représentent les meilleurs peintres portugais modernes et contemporains, le Musée de Grão Vasco est installé au Palais de Três Escalões, contiguë à la Cathédrale.



       Musée Grão Vasco



Image:GraoVasco.jpg






                                  

Avant d’entrer dans le Musée, remarquez la noblesse de l’édifice de style Renaissance, où s’illustre un portique discret, entouré par deux colonnes cannelées. Oeuvre de divers prélats (remontant sans doute au temps de D. João Gomes de Abreu qui fut Évêque de Viseu entre 1466 et 1482, inhumé au cloître) l’évêché abriterait aussi, le Collège Séminaire Conciliaire, selon les normes du Concile de Trento dictées en 1563, qui obligeaient les Sièges épiscopaux à éduquer un certain nombre de jeunes. Il ne fut achevé qu’à la fin du XVIè siècle.


   

                                           


La collection des objets et images destinée à l’origine aux pratiques liturgiques (peinture, sculpture, orfèvrerie et ivoires, du roman au baroque), s’ajoute aux pièces d’archéologie, aux importants exemplaires de peinture du XIXè siècle, à la faïence portugaise, à la porcelaine orientale et au mobilier.

La collection principale du musée est constituée par un notable ensemble de peintures de Vasco Fernandes (c. 1475-1542), le célèbre Grão Vasco, et de son principal collaborateur, Gaspar Vaz.




                       





        Cava de Viriato

                              

                 



Lieu de promenades agréablement arboré, il conserve quelques murs en terre qui délimitaient l’espace retranché en forme d’octogone, avec près de 2 Kms de périmètre.


      
           


Selon les historiens, il aura servi de campement aux légions impériales qui surveillaient les diverses routes de l’Empire qui se croisaient ici. Selon d’autres, l’interprétation de cet espace est plus romantique : il aurait été une enceinte d’accueil pour le troupeau des populations lusitaniennes en transhumance de la Serra da Estrela vers la Serra de Montemuro.
Quoi qu’il en soit, la Cava de Viriato bien qu’elle soit d’une grande valeur pour les archéologues, n’a aucun aspect artistique puisqu’il s’agit de talus de terre qui se conservèrent durant plus de 2.000 ans. Le héros lusitanien Viriato, guerrier local qui combattit les légions de Rome, est représenté par une statue de bronze, entouré de cinq pasteurs.
Près de la “cava” se trouve le champ où a lieu tous les ans la séculaire Foire de São Mateus.




         Parc du  Fontelo




                          

L’histoire de ce bel espace commence en 1149 quand l’Évêque de Viseu, le Père Odório achète le Domaine de Fontelo. 
                 





En 1399 l’Évêque João Homem initie la construction du palais, une œuvre poursuivie par d’autres prélats qui lui succédais.Mais c’est au XVIe siècle, à l’initiative de l’Évêque Miguel da Silva, puissant dignitaire de l’Église qui ambitionnait la tiare papale, maître d’une grosse fortune et avec un goût pour la Renaissance, que le Fontelo atteint le summum de sa splendeur, en se transformant en l’un des plus exotiques et luxueux espaces de loisir du Portugal, en vogue au XVIe siècle parmi les classes nobles et le riche clerc, sous l’influence des natures mortes de la



Renaissance italienne. Au centre même du Portugal, se dressant sur un agréable haut plateau entouré de chaînes de montagnes escarpées et des fleuves Vouga et Dão (sur les rives desquels naît l’excellent vin de Dão), Viseu reçut en 1993 le prix Quercus pour la conservation unique de ses espaces verts.



Merci  de votre visite
Merci de vos Coms




Partager cet article

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article

commentaires

françoise Cambrelin 02/01/2011 23:49


Mon époux et moi vivons à Viseu depuis 2 mois, après avoir vécu 10 ans 40 kms au nord de Coimbra.
Nous sommes émerveillés de Viseu.
Votre blog va nous aider à mieux connaître cette ville et son histoire


Manuel 25/05/2010 16:15


Bonjour.
Tout d'abord bravo pour vôtre blog. Je suis originaire du district de Viseu, un passionné de photo. Je vous conseille de faire un tour à Sao Pedro do Sul + Manhouce et les montagnes Arada / Sao
Macario.
Bonne continuation.


amaryllis 19/09/2009 23:04

bonsoir !je suis ravie d'avoir trouvé ce blog qui va m'aider à retrouver mes origines ds la région de Viseu!!à plus et mercide partager avec nous toutes ces beautés

lejardinduportugal 23/09/2009 10:41


Merci à vous
Amitiés
José


anonyme 29/03/2008 18:20

le tableau est-il de Grao vasco