Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 20:03

  
  


 







 


                                          

 



      Histoire  "Azulejo"       



Ces carreaux de faiance vérnissée font véritablement partie du paysage Portugais.Ils ornent les façades des églises,les maisons,l' interieur des brasseries et bars.Ils furent introduits au Portugal,aprés la prise de Ceuta, au Maroc en 1415.Leur nom vient de L'arabe "az zulaïj" qui signifie "petite pierre polie".Les premiers Azulejos Portugais datent de 1584 et sont bleus"Azul".
La "petite pierre polie" (de l'arabe az-zulaïj), introduite par les Arabes en Espagne au XIXème siècle, a trouvé au Portugal sa terre d'élection. Aujourd'hui, l'art de l'azulejo est devenu l'art portugais par excellence et continue d'inspirer artistes et décorateurs.




Des tapis géométriques

Jusqu'au XVIème siècle, les azulejos (prononcer azulèjou) sont importés d'Andalousie, particulièrement de Séville où Manuel I s'approvisionne pour décorer son palais de Sintra. Les épais carreaux de faïence mudéjars sont disposés alors par modules de quatre. Ils répètent des motifs simples (fleurs, sphères armillaires et pommes de pin) à l'infini, et donnent l'impression de véritables tapis muraux dont les reliefs accrochent la lumière. Une polychromie subtile fait côtoyer le vert émeraude, le bleu de Fez, le blanc, le noir au graphite et le jaune orangé.


L'azulejo à la Renaissance


Vers le milieu du XVIème siècle, le Portugal possède ses propres ateliers d'azulejos. Les artisans utilisent désormais la technique dite majolique inventée par Francesco Nicoloso. Les arabesques et les motifs encore géométriques sont désormais peints sur un support lisse.
La technique de l'Italien rend maintenant possible la représentation figurée. Le plus souvent, il s'agit de médaillons allégoriques de style maniériste, mais il peut aussi s'agir de véritables panneaux.


De la polychromie au triomphe du bleu



Au XVIIème siècle, coexistent d'une part des petits carreaux bleus (ou verts) et blancs disposés en damier qui produisent un effet de relief et, d'autre part, des scènes figurées polychromes. Les plus belles ornent les devants d'autel. Elles réalisent de subtils accords de couleurs claires, où dominent le vert, le bleu et surtout le jaune. Leurs motifs (végétaux mais aussi animaux) s'inspirent parfois du monde exotique découvert par les navigateurs. L'azulejo fino, bleu et blanc, dont l'invention est attribuée aux ateliers de Delft, en Hollande, apparaît à la fin du siècle. Très influencé par la porcelaine chinoise, il va connaître une grande vogue au XVIIIème siècle.


L'âge d'or : le XVIIIème siècle


L'apogée de l'azulejo coïncide avec le règne de João V (1706-1750). De grands panneaux monumentaux ornent alors les palais, les églises, les cloîtres ou les fontaines. Style et motifs (scènes de genre, batailles, épisodes mythologiques ou tirés de la vie des saints) reflètent le goût du temps. Dans les églises, les tons froids et bleutés des azulejos se mêlent aux ors des retables, niant la surface des murs par leurs effets de trompe-l'oeil. Ce baroque exacerbé s'exprime aussi dans les bordures dont les entrelacs deviennent de plus en plus envahissants.


Déclin et renouveau (XIXème-XXème siècle)


Le tremblement de terre de 1755, avec son cortège de reconstructions, crée une forte demande à laquelle réponde les fabriques comme celle du Rato à Lisbonne. Les motifs se simplifient, tandis que la polychromie refait son apparition. Le temps des guerres napoléoniennes signe le déclin de l'azulejo, que les émigrants revenus du Brésil remettront à la mode au milieu du XIXème siècle.

A partir de cette date, l'azulejo reflète les grandes esthétiques du temps : l'Art Nouveau d'abord, puis l'historicisme au début de ce siècle. On l'utilise pour embellir les édifices publics - particulièrement les gares (à Aveiro ou Porto) - mais aussi les palais (Buçaco) ou les façades des églises. Les thèmes historiques ou issus de la vie populaire se teintent alors d'un symbolisme un peu mièvre.


L'azulejo contemporain


L'azulejo demeure un art vivant au XXème siècle. Aux artistes dont les compositions bouleversaient la perspective traditionnelle (Almada Negreiros, Vieira da Silva ou Júlio Pomar) s'est substituée une nouvelle génération qui concilie sculpture et peinture, en jouant sur les reliefs.



                              


D'autres personnalités ont créé des oeuvres étonnantes comme ces étranges compositions filiformes exposées au:
 
      Musée de l'Azulejo à Lisbonne.          

                              
                                                      






















 


                                        
  


Merci de votre visite et de vos commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by lejardinduportugal
commenter cet article

commentaires

Azulejo 26/02/2014 07:56

Bonjour,
Le site www.azulejos.fr montre des dizaines d'images d'azulejos qui montrent l'évolution des carreaux de faïence peints en Espagne et au Portugal à partir du XIIIe siècle.
Il propose aussi une bibliographie sur les azulejos.

Brigitte Lascombe 30/08/2009 10:04

C'est très gentil de me dédier un article.Bon dimanche José!

Brigitte Lascombe 29/08/2009 09:03

Merci d'avoir pensé aux azulejos.Je fais la collection de carreaux que je ramène de pays visités.Ceux là sont magnifiques!
Bonne journée.Amitiés!

lejardinduportugal 30/08/2009 09:00


Bonjour
Cette article Azulejos à etait dédié à vous,merci d'être toujours aussi fidèle a mon blog
Bonne Journée
José