Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 21:43
                                 

                                       

                Chateau des Maures

                                         
                                                   Image:Sintrazamek.jpg
                 




                                                               Image:Pt-snt1.png

Sintra (anciennement Cintra) est une ville et un municipio portuguaise située à 15 km au nord-ouest de Lisbonne dans le district de Lisbonne (région de Lisbonne et sous-région de la Grande Lisbonne). L’harmonie parfaite entre la nature et le patrimoine de la ville a conduit l’UNESCO à classer la ville au Patrimoine de l’Humanité, dans la catégorie « Paysage culturel », en 1995. Populacion de la ville (portugais:vila):c. 27,000; municipio(canton):419 000 habitants. Sintra est la deuxième ville la plus peuplées du Portugal et comprend dans son territoire 20 'freguesias" dont la plus peuplée est celle de Algueirão-Mem Martins avec 102 413 habitants.




  • Antiquité

Dès le IIe siècle av. J.-C., la ville aurait été habitée par des populations romanisées ; elle faisait alors partie du territoire de la ville romaine d'Olisipo, la future Lisbonne.

  • Période musulmane (713-1147)

La ville de Sintra apparaît dans des textes géographiques (Al-Bakri, XIe s.), comme dépendance de Lisbonne et principal centre urbain après celle-ci.

  • La Reconquête

Dès le début du XIe siècle, les chrétiens entreprennent la reconquête de la région : en 1147, le roi Alphonse Ier de Portugal (premier roi du Portugal) fait réintégrer la ville dans le giron chrétien ; cette étape marque le début de la construction de couvents et monastères dans la Serra.

  • XVe siècle

À compter du XVe siècle, le palais devenant l'un des principaux lieux de villégiature de la cour, la ville s'enrichit de nombreuses villas érigées par l'aristocratie lisboète.

  • XIXe siècle

En 1808, c'est à Sintra qu'est signée la convention pour rétablir la paix après l’invasion du Portugal par l’armée française.

La ville devient l'un des hauts lieux de l'architecture romantique : le poète anglais lord Byron y effectue de nombreux séjours; le prince Ferdinand de Saxe Cobourg-Gotha de Bavière achète les ruines de l'ancien monastère de Notre-Dame de la Péna édifié en 1503 et entreprend la construction du palais de Pena : celui-ci se caractérise par un mélange de styles (gothique, maure, Renaissance et manuélin); il aménage, en outre, un parc regroupant, à côté des essences locales, de nombreuses essences exotiques. Le cadre de la ville participe grandement à l'engouement de toute l'Europe pour cette ville.


Image:Vistasintra.jpg
       Maison à Sintra

                



   Palais National de Sintra

Le Palais national de Sintra – également connu sous le nom de Palais Royal – constitue l'un des principaux monuments de la ville de Sintra au Portugal ; ses deux cheminées coniques blanches hautes de 33 mètres lui donnent une silhouette tout à fait distincte et en font, de ce fait, le symbole de la ville.

Très probablement élevé sur les fondations de la résidence des walis musulmans, il fut le palais des rois portugais dès l'époque de la Reconquête chrétienne. C'est cependant à Don Joao I (1356-1433) et à Manuel Ier (1469-1521) que l'on doit les grands travaux qui ont donné au palais l'aspect général qu'il présente aujourd'hui.

Ébranlé par le grand tremblement de terre de 1755, il fut aussitôt reconstruit « à l'ancienne », selon le terme de G. Baretti, un voyageur italien qui le visita cinq ans après la catastrophe.

Aux XIXe et au XXe siècles il fut l'objet de remaniements, en particulier la démolition des bâtiments qui fermaient la place Rainha D. Amélia, côté sud et côté ouest. Très utilisé au Moyen-Âge comme résidence royale de chasse dans la Serra de Sintra ou comme refuge aux époques de peste, le palais fut toujours fréquenté par les monarques au long de l'Histoire du Portugal, à l'exception de D. Joao V (1689-1750) qui le considérait comme « ce beau palais des rois d'autrefois ».

D. Joao I, dans le premier quart du XVe siècle, sans doute après son retour de la conquête de Ceuta au Maroc, reconstruisit le palais. La configuration qu'il lui donna fut modifiée un siècle plus tard par l'adjonction de l'importante aile manuéline. C'est aussi à Manuel D. que l'on doit le caractère mudéjar qui ajoute beaucoup de magnificence au palais.

D. JoAo III (1502-1557) lui ajouta encore quelques éléments Renaissance, qui en firent, de plus en plus, une construction composite. Soulignons les divers plafonds symboliques, les azulejos du seizième siècle qui constituent la plus grande collection d'Europe et une multitudes d'éléments mudéjars comme portes et fenêtres géminées à encadrements mauresques, arcs outrepassés à intrados polylobés ou zizagués, merlons dentés…

Devenu musée en 1940, le palais a gardé une partie du mobilier du temps des derniers rois. Le reste provient d'autres palais et musées nationaux ou a été acquis en 1939-1940.

Image:PalacioSintra7.jpg

Image:Nt-sintra-palacionacional2.jpg

Image:Nt-sintra-palacionacinoal1.jpg

Image:Palacio Sintra azulejo3.JPG

Image:Palacio Sintra azulejo4.JPG

Image:Palacio Sintra azulejo1.JPG




        Palais de la Pena

   
Image:Palacio da pena1.JPG

Dressé sur l’une des cimes de la Serra de Sintra, au cœur d’un parc de 200 hectares de la ville de Sintra au Portugal, le Palais de Pena se caractérise par son éclectisme architectural et ses couleurs vives, jaune et rouge. Ce magnifique monument est le premier Palais Romantique d'Europe, dont la construction a débuté par exemple 30 ans avant le commencement des travaux du château qui est souvent cité comme la première expression du romantisme en architecture: Neuschwanstein en Bavière.

On le doit au prince Ferdinand de Saxe-Cobourg-Gotha - régent du royaume - , d’origine prussienne et portugais d’adoption suite à son alliance avec la reine Maria II.

En 1839, après avoir racheté les ruines d’un monastère hiéronymite du XVe siècle, ce même souverain confie l’édification de son palais d’été au baron Ludwig von Eschwege. Celui-ci mélange allégrement les styles architecturaux - mauresque, baroque, gothique, Renaissance et manuélin - afin de livrer un bâtiment exubérant et haut en couleurs, mais qui conserve toutefois quelques parties de l'ancien monastère.

La construction, débutée au milieu du XIXe siècle, ne s’achève qu’en 1885, année de la mort du roi.

Après la proclamation de la République, en 1910, l’édifice, devenu propriété de l’Etat, est conservé tel quel et ouvert au public.

On pénètre dans le palais par une porte mauresque menant à une cour intérieure; dans celle-ci, on ne peut manquer l’arc de triton, décoré de détails néo-manuélins.

L’intérieur du palais se divise en différentes pièces, uniques en leur genre. La salle arabe, comme son nom l’indique, présente ainsi des fresques et autres ornements inspirés de l’Orient. La salle de bal mélange, quant à elle, des éléments de décoration orientaux à des vitraux prussiens.

Le cloître et la chapelle affichent, pour leur part, le style manuélin.

Les différents balcons offrent des vues panoramiques sur la côte Atlantique et le Tage.


Image:PT Pena palace AD12.jpg

Image:Pena Palace beneath.JPG

Image:Pena Palace arches.JPG

Image:Pena Palace back-edit.jpg

Image:Pena Palace chapel.JPG

Image:Pena Palace Noble Room.JPG



 Les Jardins du Palais  Pena

Image:Pena Park Fern Garden 2.JPG

Image:Pena Park Fern Garden 1.JPG

Image:Pena Park Lake Valley.JPG

Image:Pena Park Fern Garden 3.JPG




       Palais Regaleira à Sintra

Le palais de la Regaleira est situé dans le Centre Historique de Sintra (Portugal), ville classée au Patrimoine Mondial par l'UNESCO. Antonio Augusto Carvalho Monteiro (1848-1920) avec l'aide et le talent de l'architecte Luigi Manini (1848-1936) a créé le palais et les jardins de la "Quinta" (domaine) de la Regaleira qui s'étend aujourd'hui avec son parc sur 4 hectares.

Les références à l'alchimie, la franc-maçonnerie, et les Templiers sont nombreuses aussi bien dans l'architecture du palais que dans la conception même du parc qui l'entoure. Le palais lui même a plusieurs nom ou surnoms : Palácio do Monteiro dos Milhões (Palais du Monteiro des Millions), Quinta da Regaleira ("Domaine" de la Regaleira), Palácio da Regaleira (Palais de la Regaleira).


Image:Palacio-da-Regaleira1 Sintra Set-07.jpg



Image:Regaleira4.JPG

Image:Regaleira1.JPG

Image:Palacio-da-Regaleira Capela1 Sintra Set-07.jpg

Image:Palacio-da-Regaleira Loggia1 Sintra Set-07.jpg


Image:Palacio-da-Regaleira Gruta-do-Labirinto3 Sintra Set-07.jpg

Image:Palacio-da-Regaleira Gruta-do-Labirinto2 Sintra Set-07.jpg

                                Image:Palacio-da-Regaleira Gruta-do-Labirinto1 Sintra Set-07.jpg


  Le Palais de Montserrat

Monserrate c'est un des plus beaux exemples de style arabe construit au XIXe siècle dans la ville de Sintra au Portugal. Le responsable du projet a été James Knowles. Les jardins donnent à ce palais un environnement exubérant.



                     




   Les  Fontaines de Sintra

    Image:Fonte da Pipa.JPG

Image:Palacio-da-Regaleira Fonte-dos-Ibis1 Sintra Set-07.jpg


Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 11:41
                    


Monsanto est une freguesia portuguaise de Idanha-a-Nova, avec 131,76 km² et 1 160 habitants (2001). Densité: 8,8 hab/km². Elle fut la commune plus importante du concelho entre 1174 et les débuts du XIXe siècle. 
      

  
   



  
  


      
     
     
     
     
     
        
                                        


                                      

                                             

                                                    

La Vue sur la Vallée est Impressionnante



Image:Monsanto ceilings.jpg


Sur les plaines de la Beira intérieure, entre le bas de la Montagne de Gardunha et le fleuve Ponsul, qui forment par leur géographie, leur climat et leur faune la transition entre le Nord et le Sud du Portugal se dresse sur une haute falaise le village historique de Monsanto.

On raconte que le village aurait résisté depuis ce bastion, durant 7 ans, au siège des romains au IIè siècle avant JC, fait qui est à l’origine de la Fête des Cruzes, que le village commémore tous les ans, le 3 mai. Au XIIè siècle D. Afonso Henriques fit don de la ville prise aux Maures à l’Ordre des Templiers, dont le Maître au Portugal, Gualdim Pais fit reconstruire le château.

Le village offre parmi les paysages humains les plus intéressants du Portugal. L’agglomération se développe sur le versant d’une petite montagne et se sert des blocs de pierre en granit pour les murs de ses habitations et dans certains cas un unique bloc de pierre forme le toit, raison pour laquelle on dit ici que les maisons sont faite " avec une seule tuile ".

Quelques petits palais blasonnés, des portails manuélins, la maison où le médecin et écrivain Fernando Namora vécut et géra une clinique, lieu dont il s’inspira pour son roman "Retalhos da Vida de um Médico", ajoutent de l’intérêt à une promenade dans les rues escarpées. Parmi les maisons se distingue la Tour de Lucano (XIVè siècle) surplombée par un coq en argent, trophée attribué à Monsanto lors d’un concours réalisé en 1938, lorsqu’il fut considéré comme le village le plus portugais du Portugal, en raison de l’authenticité de sa culture.

La difficile montée jusqu’au château est largement récompensé par l’un des plus fascinants miradors de la région.


Image:Monsanto.jpg





                                 

                

 




 

Image:Monsanto interior da aldeia.jpg

Image:Hm-monsanto-03.jpg

Château et Muraille de Monsanto
Le château et la muraille sont une donation faite par le roi Afonso Henriques aux Templiers qui donnèrent au château sa forme actuelle.

Image:Castelo de Monsanto1.jpg
 
Bien qu’ayant été une imposante forteresse médiévale, il ne reste plus aujourd’hui que la Tour de Lucena et celle de Pião, de forme quadrangulaire, anciennement poste de guet médiéval.





Image:Hm-monsanto-01.jpg

Image:Hm-monsanto-02.jpg

Imagem:Capela de Santa Maria do Castelo (Monsanto).jpg

Imagem:Capela de Sao Miguel (Monsanto).jpg
          
 

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 07:46



Image:Peneda Park Sign 879.jpg


      Image:Geres6.jpg
                                
       

     




           La Meilleure periode pour visiter le parc:
                Juin,Juillet,Aout, Septembre

  


Si vous voulez plus d’informations sur les lieux que vous pourrez escalader en toute sécurité, contactez la Federação Portuguesa de Montanhismo ou l’Escola Portuguesa de Montanhismo e Escalada.
Plusieurs entreprises louent le matériel et vous informent sur les meilleures escalades.Jouissez du Parc National de Peneda-Gerês, un véritable sanctuaire naturel, avec plusieurs lieux pour faire ce sport fascinant. Parcourrez les formes granitiques et découvrez les cours d’eau et les abris de bergers. Respirez l’air pur de la forêt de bouleaux et d’arbres de grande noblesse. Le Peneda-Gerês National Park (Portugais : Parque Nacional da Peneda-Gerês), aussi appelé Gerês, est le seul parc national du Portugal, (en revanche il existe de nombreux Parcs Naturels et Réserves à travers tout le pays). Il est situé dans la région Nord, au Nord-Ouest du Portugal.Ouvert depuis 1971, il couvre une superficie de 72 000 hectares et possède une extraordinaire diversité de climats et de paysages, qui résume la diversité de cette zone siutée entre la Méditerrannée et la région « Euro-Sibérienne ».Pour cette raison, la flore et la faune que l'on y trouve sont quasiment uniques dans le pays.Région granitique aux paysages impressionnants, avec des rochers aux formes bizarres, et une végétation luxuriante, dont certaines espèces n'existent nulle part ailleurs.La richesse naturelle et culturelle du Parc fait de Peneda-Geres un endroit indispensable à visiter pour qui veut découvrir les plus importants parcs du Portugal.
Deux montagnes - Castro Laboreiro (au Nord) et Mourela (à l'Est)Et bien sûr, en plus de tous ces êtres vivants, le parc est composé de paysages magnifiques !Visitez le Peneda-Gerês National Parket le Portugal.Quand vous en aurez assez de la côte, poussez un peu vers le nord-est dans l'arrière-pays sans craindre les vieilles routes pavées, glissantes par temps de pluie (c'est à dire souvent) mais pleines de charme, qui disparaissent malheureusement peu à peu. Le nord-est du Portugal,a là
frontière avec l'Espagne, est formé de chaînes de montagnes, dont les principales, la serra Peneda (1373 m) et la serra do Gerês(1545 m), ont donné leur nom au parc national ,créé en mai 1971.

 


Au sud de Gerês, près de Vieira do Minho, jouissez de la grande harmonie et équilibre de la montagne en montant à la Serra da Cabreira.La région du Minho revendique le seul Parc National au Portugal avec le statut international. Ici vous trouvez les fermes de colline et la façon de vivre traditionnelles. Les bétail qui sortent frôlant doivent être à l'intérieur chaque nuit en raison du Loup Ibérien.Gerês, entre la rivière Cávado et celle de Rio Homem. Le premier lieu à retenir sera le Barrage du Lindoso. Quand le lac est moins rempli on peut voir les ruines de l’ancien village de Vilarinho das Furnas, recouvert par les eaux pendant presque toute l’année.L'occupation humaine

                     Image:Geira Milha XXIX detalhe.jpg

remonte à plus de 7 000 ans et on trouve de nombreux vestiges des périodes Mégalithique, Celtique et Romaine.





 La région est aussi très fournie en lacs, torrents et cascades parfois gigantesques,comme celle du sanctuaire de Notre Dame de Peneda,

                                      


 d'autant plus saisissante que nous l'avons vue par temps de pluie. Certaines offrent des piscines naturelles d'un bleu-vert très tentant, comme celle-ci à gauche, mais l'eau y est très fraîche..C’est l’établissement cistercien le plus isolé, implanté dans une vallée entourée de sommets montagneux, près de la frontière de Galice. Pour y accéder, vous devrez vous y rendre à pied en partant du village de Pitões das Júnias, mais la magie unique des lieux compense l'effort.Il est difficile d’imaginer qu’elle abrita une vie monastique depuis le IXe siècle. L'incorporation dans l'Ordre de Cîteaux s'est produite au XIIIe siècle, ne sachant pas exactement si la Maison mère était Sainte-Marie de Bouro ou le Monastère de Sainte-Marie d’Oseira, près de Galice, dont le blason apparaît sur le portail d’accès aux dépendances monastiques. Ce qui reste de l’ensemble se trouve près d’un ruisseau.L’église possède une structure romane, bien que le chevet présente des fresques gothiques. Sur la pierre de la façade principale se découpe la croix de Malte. Du cloître primitif subsistent un segment d’arcade et l’aile voûtée au chevet de l’église, disposée le long de la rive du fleuve, elle constituait le dortoir des moines. Dans l’autre aile on distingue l’espace de la cuisine et une belle cheminée.Le dernier moine de Cîteaux était le paroissien du village de Pitões das Júnias, en 1834, date de la dissolution des Ordres Religieux au Portugal.Comme curiosité historique on mentionnera que Pedro de Pitões, l’un des principaux instigateurs de la conquête de Lisbonne aux Maures, en l’an 1147, fut ordonné évêque de Porto dans ce monastère.Si certains chaos de granit font penser à la Bretagne, il en est de même des dolmens, ou de motifs celtes qu'on peut voir sur certains monuments. Mais ce qu'on ne voit pas en Bretagne ni ailleurs, sauf en Galice de l'autre côté de la frontière, ce sont ces surprenants greniers à maïs du 18e siècle,

    

appelés « espigueiros » : de loin, et sans avoir l'échelle, on pourrait les prendre pour des tombeaux à cause de la croix qui les surmonte et qui servait sans doute à bénir la récolte. Mais de près, ils sont gigantesques ! Tout en granit avec un plancher de bois, ils sont construits sur pilotis afin que le grain reste au sec dans ces régions pluvieuses, et les pilotis ont même une sorte de rebord en forme de champignon, (voir détail photo ci-dessous) pour éviter que les rats ne montent à l'intérieur. Nous en avons vus qui servaient de cabane ou de chambre d'amis. Les plus célèbres, comme celui-ci, sont visibles à Soajo  

         
    

où il y en a plus d'une vingtaine rassemblés sur une « aire communautaire » de granit elle aussi.pourtant, c'est ici, dans le Minho, que tout a commencé; et parfois, à peu de chose près, tout y est demeuré de même.Petit pan de Portugal qui occupe un coin reculé de son nord-ouest, le Minho lorgne la Galice espagnole du haut de sa Serra do Gerês et forme leberceau du pays;A la limite nord-ouest de la Serra do Gerês, découvrez les villages communautaires de Pitões das Júnias et Tourém, qui conservent encore des coutumes anciennes. La route s’arrête à Pitões, mais vous avez encore beaucoup de choses à découvrir.
          
                                   


        

 Des chutes d’eau et un ancien monastère bénédictin sont quelques-unes des surprises qui vous attendent. tu pourras aussi faire d'agreable randonnées dans le parc national do Geres, situé au nord ouest du Portugal dans la région du Minho, au detour d'un sentier tu pourras tomber sur des cascades magnifiques. Dans cette region, la nature y est encore tres préservée.La région est entourée par les eaux cristallines des deux riviéres. Le paysage, les fleuves et les ponts, les manoirs et les monuments historiques, la gastronomie et les vins, les festivités de ville et les célébrations, les coutumes et traditions, sont les ingrédients nécessaires pour une excelentes vacances. Mieux connue par le tourisme est la source de Caldelas, dont les eaux thermales, de valeur thérapeutique, étaient déjà utilisées par les Romains.station balnéaire, située près de la Rivière Alvito, est encore assez populaire et fournit des équipements et des installations modernes, en plus d'un panorama tranquille,
encadrée par de montagnes: un endroit idéal pour des promenades agréables.À une courte distance, le joli pont médiéval traversant la Rivière Homem vaut le détour.Mais la principale curiosité de Geres et de certains villages des environs --, ce sont ces étranges espigueiros, cathédrales miniatures ou sarcophages géants, c'est selon, dressés sur pilotis de granit.Ces intrigantes constructions, dont plusieurs sont disposées éparses sur un promontoire rocheux, forment en fait des greniers à céréales ainsi érigés pour empêcher la vermine d'y pénétrer: pas question d'abandonner aux bêtes les denrées quand les vivres pèchent par leur rareté.Il n'y a pas si longtemps -- un demi-siècle à peine le Geres était pratiquement coupé du monde et vivotait dans une ambiance digne de celle qui prévaut dans Le Christ s'est arrêté à Eboli, la chaleur torride et la malaria en moins. forment les frontières du demi-cercle de granite qui constitue ce Parc. Entre les deux on trouve les montagnes


 Peneda (1373 m), Soajo (1217 m), Amarela (1092 m) et Geres (1545 m), la plus haute de toutes.

                         

                         

La variété des climats aboutit parfois à la présence d'une flore exceptionnelle. On trouve notamment dans la parc le fameux chêne-liège. On y trouve aussi des plantes carnivores,notamment la fameuse "Orvalhinha Bien que certaines espèces soient maintenant extinctes, comme l'ours brun ou la chèvre des montagnes, le b>Parc National dispose d'une grande variété de faune, avec des expèces importantes telles que le loup, le « roe deer », le « wild boar », le renard, le « wild ferret » et la loutre


                

avec des clochettes au cou, sans parler des autres animaux comme le loup qui se cachent dans cet endroit bien protégé — à tel point qu'il existe une route sur laquelle on n'a pas le droit de s'arrêter ne serait-ce qu'une seconde ! Pour vous contrôler, on vous distribue à l'entrée des numéros qu'il faut rendre à la sortie. Malheur à vous si vous vous êtes fait doubler, il faudra payer une amende ! C'est assez frustrant, mais c'est grâce à ce genre de mesures que la flore et la faune peuvent être protégées.




           

Parmi les oiseaux, on peut signaler la présence de l'espèce menacée qu'est l'Aigle Royal,
ainsi que la mésange. Parmi les reptiles, mentionnons la très rare vipère Seoane, ainsi que la vipère cornue.

                                   


                

 













Imagem



Image:Mariola Gerês.jpg

    Image:Geira Milha XXIX caminho.jpg
                                
Image:Ponte sobre o Rio Arado.jpg

Image:Lindoso-PenedaGeres.jpg

Image:Soajo - Espigueiros.JPG





Image:BarragemLindoso3.jpg

Image:BarragemLindoso1.jpg
 
    Les Barrages au Gerês


 






        

  
   

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 23:34
 
                                                  vidéo     vidéo

("Cão da Serra de Aires é uma raça de cães portuguesa, que como o nome indica, é oriunda da Serra de Aires. Tem um excelente instinto de pastoreio, sempre pronto a agrupar cabras, gansos, galinhas e até mesmo crianças.

É no seu todo um animal inteligente, rústico, robusto, desconfiado perante estranhos e vigilante, especialmente à noite. Devido a certas atitudes e até expressões faciais, é por vezes apelidado "cão macaco".

A sua pelagem é desprovida de sub-pêlo e deve ser comprida, lisa ou ondulada, com fartos bigodes, barbas e sobrancelhas, mas não encobrindo os olhos.

Os machos medem de 45cm a 55cm, e as fêmeas 42cm a 52cm. O peso deve situar-se entre os 12 a 18kg.")

PASTOR PORTUGUÊS DA SERRA DE AIRES
(Cão da Serra de Aires)

 

SUMÁRIO HISTÓRICO: às vezes se considera os atuais cães da Serra de Aires como descendentes de um  casal de cães da raça pastor de Brie, importada pelo Conde Castro Guimarães em princípios de século. Os cães que existem na atualidade são numerosos, e possuem características tão claramente arraigadas e tão diferenciadas, que se assemelham mais à raça de pastor dos Pireneus; o qual nos faz pensar que são um ramo desta raça que se quis melhorar através do pastor de Brie. Se assim não for, não compreendemos porque se escolheu como cão pastor em Alentejo uma  raça que dificilmente se adaptaria ao clima desta região.


  le Chien Berger 
              de la "Serra de Aires"

Le Berger de la Serra de Aires est originaire de la plus grande province du Portugal " L' Alentejo". L’Alentejo est un gigantesque océan de plaines avec des collines de faibles altitudes. Le climat y est rude, glacial et venté l’hiver, torride et poussiéreux l’été.


                           

A la fin du XIX, il y avait d’immenses propriétés dirigées par une poignée de seigneurs tout puissants. Dans le district de Portalegre, dans le haut Alentejo, vivait une race locale de chien de berger. Elle faisait partie de la grande famille des chiens de berger européens continentaux comme: le Berger des Pyrénées, le Gos d’Atura, le Polski Ozwarek Ninzinny, le Bergamasque, Shapendoes ou le Bearded, etc... Le Comte de Castro Guimaraes, propriétaire d’un grand domaine dans la Serra de Aires, a cherché à améliorer les chiens de berger locaux. Il s'est essayé à des croisements (probablement avec le Berger de Brie). Ces croisements ont donné l’origine de l’actuel type du Serra de Aires. La race doit son nom au « Monte da Serra de Aires » prés de la Serra de Aires, située dans la commune de Monforte.
 

 



                     














Apparence générale :

Chien de taille moyenne (mâles : 45 => 55 cm & femelles : 42 => 52 cm). Pour faire la comparaison entre nos chiens de berger à poils longs il est entre le Berger de Brie et le Berger des Pyrénées. Avec une tête forte et large, des yeux de couleur foncée à l'expression douce et des oreilles tombantes. Son dos est droit avec une croupe de longueur et largeur moyennes.









Il a des cuisses bien musclées, sa queue au repos tombe entre les fesses, elle doit toucher les jarrets. Sa robe est longue, formant de longues barbes, moustaches et sourcils laissant voir les yeux. Il a des attitudes et apparences simiesques, c’est pourquoi dans sa région natale les portugais l’appelle : « Cão Macaco / chien singe »


                                         
















Pelage et couleur :
















La texture du poil du Serra de Aires varie entre la texture du poil de chèvre où le poil est plus court mais plus dense et une texture plus souple où le poil est plus long. Les deux textures doivent être dépourvues de sous poil. Les couleurs sont le jaune, le marron, le gris, le fauve, le louvet et le noir plus ou moins marqué de feu avec ou sans poils blancs mélangés. Les marques feu sont localisées aux babines, joues, paupières, gorge, poitrine, pieds mais aussi sur l'avant et l'arrière des cuisses. Ces marques typiques sont souvent très prononcées à la naissance et s'estompent malheureusement, en s'éclaircissant au cours de la croissance. Il est accepté juste une petite tache blanche au poitrail.                                                                      

Caractère :

Certes le Serra de Aires est à la base méfiant et timide comme beaucoup de races bergères, il doit être correctement socialisé (d’abord par l’éleveur dès son plus jeune âge puis par son maître), il devient alors un chien très agréable à vivre. Il adore sa famille, c’est un super compagnon de jeux pour les enfants avec lesquels, il aura une complicité naturelle. C’est aussi un très bon chien de garde pour la maison de jour comme de nuit, attention aux rôdeurs !!! La vie avec lui est remplie de bonheur et de douceur, il partage votre vie de tous les jours mais sait aussi rester seul à la maison. 


 Les Portugais disent fièrement que c’est le chien le plus intelligent, je vis avec depuis 12 ans est je dois dire qu’il m’ a beaucoup surpris, car effectivement il est doté d’une intelligence exceptionnelle qui permet tous les apprentissages : agility, obéissance, troupeau… _ Sa fidélité fait de lui un compagnon idéal. _ Sa taille moyenne qui lui permet d'accompagner ses maîtres partout. _ Son allure légère et suspendue, typique à cette race. C'est un chien d'une très grande endurance. _ Sa robustesse, il voit le vétérinaire juste pour les vaccins, ce n’est pas avec lui qu’il s’enrichit.





Chien de berger et d’utilité :Troupeau Au Portugal, c’est le chien de berger dans l’Alentejo. Il peut travailler avec différents troupeaux de moutons, chèvres, cochons, vaches & chevaux, c’est une des caractéristiques de la race, qui le différencie des autres chiens de bergers européens.






Comme tous chiens de bergers c’est un chien très intelligent. Il le doit à son travail solitaire dans les collines où il fait face à de multiples problèmes avec le troupeau, ce qui lui a permis de développer cette qualité. Très apprécié par les bergers pour sa faculté à pressentir plusieurs heures à l’avance orages et tempêtes, ce qui permet de mettre le troupeau en sécurité. Il sait prendre des initiatives et s’impose face au troupeau. Dans son travail il est infatigable, alerte et vif. Ce petit berger a de multiples facettes, il sait guider, rechercher mais aussi protéger et garder le bétail.

Au Portugal, pour le voir travailler il faut avoir l’œil, car c’est au milieu de nulle part que vous voyez dans une oasis de verdure un berger avec soit ses moutons soit ses chèvres, il est accompagné souvent d’un Rafeiro do Alentejo et de un ou deux Serra de Aires. Vous avez beaucoup de chance si vous apercevez au loin ce cavalier avec son troupeau de vaches et ses chiens. Mais quel régal pour les passionnés comme moi …






En France, je me bats pour que le Cão da Serra de Aires trouve sa véritable place en tant que chien de berger. Mes efforts sont récompensés car en Auvergne 6 chiens travaillent sur troupeaux de moutons, chèvres et vaches. Il y a même une chienne « Pop des gardiens de la Houlette » qui a participé à un concours sur vaches !!!

Agility Physiquement le Serra de Aires a des aptitudes pour pratiquer l’Agility. Cela est dû à un bon rapport poids / taille lui permettant d’avoir une course rapide et légère. De plus la puissance de ses cuisses lui permet de franchir les différents obstacles sans peine. Grâce à son allure énergique et sa grande facilité à changer de direction, il exécute rapidement et sans peine un parcours. Sur le terrain il est toujours en éveil, attentif aux ordres qui lui sont donnés. Une dizaine de chiens ont leur brevet ce qui est une bonne moyenne vu le cheptel en France.
















Obéissance Sa docilité et son attachement à son maître en font un chien doué pour l’obéissance. Intelligent, calme, équilibré il apprend très vite. Il est soucieux d’accomplir au mieux les ordres qu’on lui donne. Il aime par-dessus tout faire plaisir à son maître. Trois chiennes : Panaka, Six-Trouilles, Up, Utops & Avelã des Gardiens de la Houlette ont obtenu leur brevet, là aussi c’est un bon début.
















Cavage

Notre berger a plus d’une corde à son arc, mais bien sur qu’il peut le faire et même elle l’a fait « Sintra des Gardiens de la Houlette »









et son maître le Docteur J-B Mortier partent tous les ans à la recherche des truffes. Il l’a éduquée dès son arrivée chez lui et maintenant ils sont complices dans leur recherche. 
    

                             Image:Serra D'Aire.jpg


                                    

                                 A Serra de Aire est une montaigne de Portugal , avec 679 métres d'altitude.


                                   
                                        
                                   


Image:Serra de Aire.jpg



 Monument Naturel des Empreintes des Dinosaures, dans le Parc Naturel de la Serra de Aire, où survécut un grand nombre de registres fossiles de ces géants qui ont autrefois peuplés la planète. C’est le plus ancien et plus long registre d’empreintes au niveau mondial. Et ne manquez pas de faire un saut à Lourinhã, pour visiter le musée de cette ville, où se trouve un nid d’œufs de dinosaures d’une dimension unique au monde. Tous les ingrédients pour une promenade pleine d’émotions.


Image:Jardim Jurássico - vista geral.JPG

Image:Jardim Jurássico (2).JPG

Image:Painel Evolução (2).JPG

Image:Painel Evolução (6).JPG

Image:Painel Evolução (5).JPG

Image:Painel Evolução (3).JPG

Image:Painel Evolução (4).JPG

Image:Pegadas da Serra de Aire - vista.JPG

Image:Pegadas da Serra de Aire - trilho.JPG

Image:Pegadas da Serra de Aire - vista (2).JPG

Image:Aramossáurio.JPG

Image:Trilho de pegadas.JPG

Image:Pegada de dinossáurio na Serra de Aire.JPG

Image:Pegada.JPG

Image:Pegadas 1.JPG

Image:Pegada 2.JPG



                                      
             Riviére Almonda

Source à  Montaigne de aires " Fonte na Serra de Aires"



Image:Rio Almonda em Torres Novas 5.JPG

Imagem:Rio Almonda em Torres Novas.JPG

Imagem:Torres Novas.JPG

Image:Rio Almonda em Torres Novas 1.JPG

Image:Ponte romana em Torres Novas.JPG

     Les Grottes deMiraD'AIRE
      
L'Entrée des Grottes à:
                  Mira de Aires
        
                       


Découvertes en 1947, l’entrée de ces grottes se trouve à 300 mètres d’altitude, mais à l’intérieur la profondeur atteint 180 mètres. Sa formation remonte à 150 millions d’années en arrière, au Jurassique moyen, quand les dinosaures peuplaient cette région, en laissant leurs empreintes au sol, encore visibles aujourd’hui.

Les grottes sont éclairées avec des effets de lumière qui rehaussent la beauté des formes modelées en stalagmites et stalactites. Le long du parcours, le guide attirera votre attention sur les étranges formes calcaires moulées durant des millions d’années, comme l’"Alforreca", le "Marciano" ou le magnifique "Órgão". Le "Rio Negro" descend en cascade jusqu’au "Grande Lago" où a lieu le féerique spectacle de Sons et de Lumière.

Éclairage, escaliers, passages, un ascenseur et de la musique d’ambiance font de la descente dans ce monde caché une expérience inoubliable.


Imagem:Grutas de Mira Daire4.jpg
                
           
Image:Grutas de Mira Daire.jpg

    les Grottes de Alvados

    
       Panorama de la Vile de: 
  Porto Mòs ,et Alvados
        
                                                           
                                                                         

                                                     

En 1964 un groupe de travailleurs de pierre de la Montagne de Candeeiros entendit un bruit étrange, comme si une pierre était tombée dans un abîme très profond. C’est ainsi que les grottes de Alvados furent découvertes, plus de 150 millions d’années après leur formation au Jurassique moyen, quand les dinosaures peuplaient cette région.

L’entrée se fait à une altitude de 440 mètres et à l’intérieur le dénivelé total atteint les 100 mètres, dans une succession de salles ornementées de stalactites et de stalagmites qui forment des figures de contes de fées comme celles que l’on trouve dans les salles de “Estátuas”, “Bela Adormecida”, “Ciprestes” ou dans la “Planeta Maravilhoso” et au “Lago das Maravilhas”.

Un éclairage approprié, des escaliers, des passages, une musique d’ambiance et une agréable température de 17 degrés Celsius, nous invitent à pénétrer dans le merveilleux royaume de l’une des plus belles oeuvres de la Nature.






   
                                                                  



 les Grottes de ST Antoine

         

    
Panorama du Mont de,
            " Saint Antoine"
oû ,se trouvent les Grottes

               
                         
                         
                         
                         
                          
                         

    les Grottes da "Moeda"


                                          






Repost 0
Published by le jardin du portugal - dans videos
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 18:57

               Image:LocalNUTS3SerraDaEstrela.svg



Image:Sistema Central.png

Image:Serra da Estrela (Portugal)3.jpg

La Serra da Estrela – en portugais : Serra da Estrela – est une des 30 sous-régions statistiques du Portugal.

Avec 11 autres sous-régions, elle forme la région Centre.


Image:Vista da Serra da Estrela 1.JPG

La Serra da Estrela est limitrophe :

  • au nord, du Dão-Lafões,
  • à l'est, de la Beira intérieure Nord,
  • au sud, de la Cova da Beira,
  • à l'ouest, du Pinhal intérieur Nord.
    Image:SerraEstrela-MAR2007-5.jpg

    Image:Alvoco da Serra.JPG

    Image:PanoramaLoriga.jpg

    Image:Ribeiras de Loriga.JPG

    Image:Ponte Romana em Loriga.JPG

    Image:Ponte Romana.jpg

    Image:Loriga - Casa típica.JPG

    Image:Loriga - vista das ribeiras.JPG

                           Serra da estrela
   " Montaigne de l'Etoile"
Image:Cabeça do Velho - Serra da Estrela.jpg

Cabeça do Velho  "Tete du Vieux"


 est le point culminant du Portugal continental avec 1993 mètres. Il possède le deuxième plus haut sommet sur le territoire de la République portugaise après le Pico dans les Açores.
Image:Foto3 SGiao Small.jpg

est le point culminant du Portugal continental avec 1993 mètres. Il possède le deuxième plus haut sommet sur le territoire de la République portugaise après le Pico dans les Açores.
                                                                      "TORRE"
Image:Torre - Serra da Estrela (Portugal).jpg

Image:Torre-Serra da Estrela.JPG

Image:Serra a Estrela (Torre).JPG



Image:Serra da Estrela I Portugal.jpg



Environ 55 % de la population de la sous-région vit dans la municipalité de Seia, sur un territoire dont la superficie représente environ 50 % de la superficie de la sous-région. Il n'y a donc pas à proprement parler de centre urbain clairement marqué dans cette sous-région, même si, numériquement, la municipalité de Seia est la plus importante.

Toutefois, on retrouve ce caractère de « centre urbain » si l'on considère les données de sa paroisse civile principale, Seia, qui ne dépasse pas les 7 000 habitants (moins de 14 % de la population de la sous-région), mais sur un territoire dont la superficie représente à peine plus de 2 % de celle de la sous-région.





 la Serra da Estrela est entièrement comprise dans le district de Guarda, mais la réciproque n'est pas vraie, puisque celui-ci comprend en outre :
  • une municipalité statistiquement rattachée à la région Nord (sous-région du Douro) ;
  • quatre municipalités statistiquement rattachées à d'autres sous-régions de la région Centre :
    • une pour la sous-région du Dão-Lafões ;
    • neuf pour la sous-région de la Beira intérieure Nord.

Image:Serra da Estrela III Portugal.jpg






Image:Serra da Estrela VI Portugal.jpg

Image:Serra da Estrela V Portugal.jpg

Image:Serra da Estrela II Portugal.jpg

Serra da Estrela - Espectaculo

Image:Serra da Estrela (Portugal).jpg


Sur des montagnes et vallées verdoyantes à perte de vue, Linhares est l’endroit indiqué pour prendre son envol et faire battre de l’aile.... votre imagination et pas seulement.

            Image:Vista da Serra da Estrela - Parque eólico.JPG


Au nord-ouest de la Serra da Estrela, le village historique de Linhares se situe à 820m d’altitude, sur la très belle vallée du fleuve Mondego, qui prend sa source non loin.

Image:Serra da Estrela.jpg


Imagem:Cântaro Magro.jpg

                 
    

Image:SerraEstrela-MAR2007-6.JPG

Gonflez vos poumons d’air pur et parcourrez le Parc Naturel de la Serra da Estrela. Entre les vallées et les lagunes d’origine glaciaire, visitez la pittoresque source du fleuve Mondego.

                        

                                                 Le Mondego, plus grand fleuve portugais, traverse la serra da Estrela.

                                           
            La Source
        "Fleuve Mondego"


         La plage Fluveal

    
        
       Le Berger et les Berbis
 


 
    Lac "comprida"

                



     "La maison du Berger"
       en pleine Montaigne



    

      Le Chien Berger "Serra da Estrela"

Espèce protégès de la Montaigne "Serra Da Estrela"


                       Le Renard
          
        Le Loup



           Sanglier



              
                 Le Barrage
Image:Serra da Estrela - Barragem.JPG

Image:Serra da Estrela IV Portugal.jpg

   Seia
        AlvocoDaSerra

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 21:20

                              Imagem:MTG.png


                                                     Imagem:Pt-mtg1.png

Manteigas est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Guarda et la région Centre.Manteigas municipalitéavec 108,59 km² de aire et une population de 3 833 habitants 

       

                   Câmara Municipal de Manteigas - Portugal par Portuguese_eyes


Manteigas est limitrophe :

  • au nord-est, de Gouveia,
  • à l'est, de Guarda,
  • au sud-est, de Covilhã,
  • à l'ouest, de Seia.


                                       


                        2007 - Categoria III - Rostos e Figuras - 2.º Classificado par eimanteigas

                        2007 - Categoria III - Rostos e Figuras - 1.º Classificado par eimanteigas

En 1649 sous la dynastie de Bragança le district de Guarda se vit imposer un "gouverneur", Prince de Beira-Baixa, Filipe Manteigas Rebelo Carrasco qui dynamisa les provinces en produisant du beurre, de la crème et tous produits créés à partir de la vache. Une surface agricole se créa et devint un bourg qui porta le nom de Manteigas; la famille Manteigas devint gardien des clefs de la cité. Contrairement à la plupart des nobles le Prince de Beira-Baixa et sa famille resta au Portugal faisant face au courroux de leur cousin Castelo Branco, dauphin de l'Empire portugais dû à l'invasion Française en 1807.
Aprés la chute de la monarchie le 5 octobre 1910, ses descendants attendirent la montée au pouvoir de Salazar pour refaire surface et améliorer la qualité de vie de Manteigas (augmentation de rendement, meilleure qualité de vie...) tout en s'installant à Paris en 1948. La chute de "l'Estado Novo" et le renouveau démocratique ont crée un retournement de situation dans le district. En effet, les citoyens renièrent leur bienfaiteur le Général Joaquim Manteigas Rebelo Carrasco du faite d'avoir refusé la révolution des oeillets en assistant Caetano en étant placé à l'ambassade du Portugal à Paris, comme Directeur des DGS [(Directions Générales de Sécurités)ancienne PIDE (Police Internationale de Défense de l'État)]sur le territoire Français. Dès lors la ville renia son gardien des clefs jugé peu de temps aprés.

La municipalité a vu son territoire augmenté, en 2001, par le rattachement de la paroisse de Vale de Amoreira, auparavant dépendante de la municipalité de Guarda.


                                             
   
                                                            

                       

                         

C’est au coeur de la Montagne de Estrela, lieu mythique associé aux luttes de résistance contre
 l’occupation romaine, aux origines de l’Histoire du Portugal, que jaillissent les sources de Manteigas.

La station, qui assume un rôle croissant en tant que lieu de tourisme et de repos, se trouve près de la ville de Manteigas, dans la vallée de Zêzere, dans le magnifique décor de la plus grande montagne continentale du Portugal.

                         
                                         























Imagem:Pousada de S. Lourenço.JPG








































Repost 0
Published by lejardinduportugal
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 08:41
                      Imagem:CVL.png


                                                             Imagem:Pt-cvl1.png



                                    

Covilhã  est une ville portugaise du district de Castelo Branco.

La ville a pour particularité d'être l'un des principal centre urbain de l'intérieur du pays alors qu'elle se trouve à 20 km du sommet le plus haut du Portugal continental, la Serra da Estrela. Covilhã municipalité avec 555.6 km² de aire et une population de  53,501 habitants
               la Mairie

                        

         

Image:Colvilha999.jpg




Image:Covilhã metropolitan area.jpg


Image:Covilhã expansion zone.jpg

Entre fleuves et montagnes, la ville de Covilhã est l’une des portes d’entrées de la Montagne d’Estrela.

Imagem:Centrodacovilha.JPG


Terre de bergers d’origine lusitanienne, elle fut prise aux maures par le roi D. Sancho I qui la protégea avec des murailles et elle devint ainsi un point stratégique au Moyen Âge, surtout avec le roi D. Dinis, quand ce dernier mis en pratique le renfort du territoire.
Imagem:Covilhã.jpg


Cette ville royale, titre accordé par D. Manuel qui lui donna le nouveau “foral” en 1510, fut également une terre de découvreurs. L’Infant D. Henrique le Navigateur, reçut de son père, le roi D. João I, le titre de Senhor de Covilhã, après avoir conquit Ceuta en 1415.

Imagem:UBI - Biblioteca principal.jpg


Ici naquit Pêro da Covilhã, explorateur que le roi D. João II envoya en Orient et dont les informations rendirent plus juste la découverte du chemin maritime vers l’Inde par Vasco da Gama.

Image:Vista da Covilhã 01.jpg

Une des références obligatoires à Covilhã est l’art des lainages, lancé aussi au temps de D. Sancho I et développé par la communauté judaïque qui s’est installée depuis cette époque et demeura jusqu’au XVè siècle. L’industrie des textiles, qui produisit tous les uniformes de l’armée portugaise durant le règne de D. João V, prit un nouvel élan en 1763 sous l’action du Marquis de Pombal qui fonda ici la “Real Fábrica de Panos”, devenu le plus grand centre de lainages de tout le pays. La croissance économique qui en résultat fit qu’en 1870 Covilhã s’éleva au rang de ville.

Image:Vista da Covilhã 02.jpg


Une visite au patrimoine ne dispense pas l’ancien Quartier Juif, avec ses rues étroites et ses fenêtres manuélines, la chapelle de São Martinho, la Chapelle de Santa Cruz et le Musée des Lainages.
Image:Covilhã and surroundings 01.jpg


À Covilhã et aux environs, découvrez la Terre des Châteaux, des villages Historiques, la Route de la Laine, la Route des Anciens Quartiers juifs et le Parc Naturel de la Montagne d’Estrela en faisant l’un des parcours qui vous permettent de découvrir le patrimoine naturel et culturel de cette région.


Image:Covilhã viewed from aerodrome.jpg

Image:Dominguizo com a Torre na Serra da Estrela à vista.JPG

Image:Rossio do Rato.jpg







Église de la Miséricorde de Covilhã
La Santa Casa da Misericórdia fut instituée dans la ville de Covilhã en 1577, mais ce n’est qu’à la fin du XVIe siècle que fut construit l’Église de la Miséricorde. L’édifice que l’on voit actuellement est, pour la plus grande partie, une reconstruction du XVIIIe siècle.

L’extérieur est simple, bien qu’il présente des éléments décoratifs baroques. L’intérieur est tout aussi sobre et ne présente pas de détails artistiques d’intérêt majeur à l’exception du retable principal, réalisé au XVIIe siècle.










Église de Notre-Dame de la Conception - Covilhã



                                  Imagem:Covilha-CCBY.jpg

L’Église de Notre-Dame de la Conception, appartenant au Couvent de Saint François construit au XVIe siècle et aujourd’hui dissout, conserve le portail d’origine de style gothique final, bien que la façade montre des modifications baroques et revivalistes faites tout au long de l’histoire. Au XIXe siècle, lors de la dissolution du couvent, l’espace fut convertie en usine de lainages et maintint l’église ouverte au culte.

À l’intérieur, on admirera la voûte étoilée à quatre pointes et les chapelles latérales du XVIe siècle, appartenant à la famille de Rodrigo de Castro, famille de l’Alcade de Belmonte. La chapelle principale est recouverte de caissons, où l'on peut voir les peintures allusives à la vie du Christ. Parmi les panneaux en bois sculpté et doré qui revêtent les murs on remarquera l’image de Saint François.
Image:Nt-covilha-igreja.jpg

Tout près de l’Église on peut visiter le Jardin Public avec une vue admirable sur la Vallée du fleuve Zêzere

Église de Santa Maria do Castelo - Covilhã
L’Église Matrice de Covilhã fut érigée au XIXe siècle à l’endroit où existait la Chapelle de Santa Maria do Castelo (Sainte-Marie du Château), datée du XVIe siècle. Le revêtement en azulejos qui couvre entièrement la façade avec des scènes de la vie de la Vierge fut apposé en 1940.

À l’intérieur on peut y voir quelques images de valeur, notamment celles de Saint François de Sales et de Sainte-Thérèse de Jésus, ainsi que la Relique de Saint Lenho offerte par Luis à la Chapelle de Santa Cruz.

Sur le parvis de l’Église de Sainte-Marie, les conflits et les rixes locales étaient jugés par les Juges et bourgeois gentilshommes, les hommes du peuple les plus riches et les plus respectés de la commune



L’ancienne juiverie de Covilhã était délimitée par les actuelles rue Flores, rue Ginásio Clube, rue Alegria, ruelle Alegria et traverse Alegria, formant un espace intégré à l’intérieur des murailles médiévales.

Les rues étroites et sinueuses longent le versant escarpée en s’adaptant au terrain et adoptant le caractère naturel de murs. Les maisons suivent la typologie médiévale, avec 2 à 3 étages, le rez-de-chaussée étant destiné à la boutique et les étages supérieurs à l’habitation. Parmi les éléments décoratifs deux fenêtres manuélines ressortent, l'une au nº 29 de la rue Flores et l’autre au nº 39 de la rue Ginásio Clube. Selon les données archéologiques, la Synagogue, centre de connaissance pour les communautés juives, se trouvait dans la rue Flores.


Chapelle de São Martinho - Covilhã
La Chapelle de São Martinho est un des monuments les plus significatifs du patrimoine local. C’est une chapelle romane dont la construction remonte au XIIe / XIIIe siècle, correspondant à la date de la fondation de Covilhã comme bourg. Elle suit les caractéristiques de l’architecture romane primitive, aux murs robustes avec quelques fresques qui dépendent de l’illumination de son intérieur formé d’une seule nef.

À l’intérieur, on remarquera les chapiteaux végétalistes stylisés, les vestiges des fresques avec des représentations de figuration sacrée sur les tables de l'autel, indiquant une décoration médiévale existante, et les panneaux d'azulejos hispano-arabes appliqués au XVIe siècle. Deux précieuses tables représentant São Cristóvão et São Lourenço appartiennent au trésor de la Chapelle de São Martinho.

Chapelle de Santa Cruz ou Chapelle du Calvaire - Covilhã
Cette chapelle gothique fut édifiée au XVe siècle par l’Infant Henrique, le Navigateur, Seigneur de Covilhã. Au XVIe siècle, Luis, fils du roi Manuel Ier et également Seigneur de Covilhã, ordonna quelques travaux de restauration, enrichissant le trésor de la chapelle d’un ostensoir en argent renfermant une relique de Saint Lenho. Actuellement, la relique se trouve dans l’Église Matrice de Santa Maria.

À l’extérieur, la chapelle possède une intéressante structure formée d’un narthex, un porche qui prolonge l’entrée du temple. À l’intérieur, on remarquera le plafond en caissons en bois avec des représentations des instruments de la Passion du Christ, et dans la chapelle principale, la sculpture du Christ Crucifié et le travail des sculptures en bois doré



Image:Capela da Nossa Senhora das Necessidades, Alcaria.jpg

Image:Igreja Paroquial do Dominguizo.JPG


Musée des Lainages de Covilhã

Imagem:UBI - Polo Principal01.jpg


Le Musée des Lainages, ainsi que l’Université de Beira Interior à laquelle il appartient, est installé dans l’un des édifices les plus imposants de la ville. C’était l’ancienne Real Fábrica de Panos.

La construction de l’édifice date de 1769 durant le règne de D. José I, dont on peut voir le blason des armoiries sur la façade. Une partie des installations teinturières, où l’on peut encore voir les fourneaux et les puits cylindriques pour teindre les laines, fut l’espace choisi pour illustrer de façon simple l’histoire des lainages à Covilhã.

L’exposition est organisée en trois noyaux : la Teinturerie Pombaline de la Real Fábrica de Panos, les lainages de la région de Covilhã durant le XIXè et le XXè siècles et les Étoffes de laine.

Le Musée des Lainages est un lieu de visite obligatoire pour bien comprendre l’importance de cette industrie dans la ville et des répercutions sur le mode de vie local.






Bien que sans mer et sans ports, la ville de Covilhã fut le berceau d’hommes décisifs dans la découverte de nouveaux mondes au XVIe siècle.

L’Infant Henrique, le Navigateur – Seigneur de Covilhã, reçut le titre de son père le roi João Ier, après avoir conquit Ceuta en 1415, un fait qui marqua le début de l’époque des Découvertes Portugaises. Vint ensuite Madère (1419-20), les expéditions militaires aux Canaries (1424) et la redécouverte des Açores (1427). Sous le commandement de l’Infant, Gil Eanes passa le Cap Bojador en 1434 et atteignit le fleuve d’Or en 1436. En 1440, il est nommé par Afonso V gouverneur de Beira, ce qui inclut toute la région de la Serra da Estrela. En 1460, l’année de sa mort, il débarque aux îles de Cap-Vert et à la Sierra Leone, sur la Côte Africaine.

Pedro Álvares Cabral – le Découvreur du Brésil est né dans le bourg voisin de Belmonte, à 20 km de distance, mais les propriétés de la famille s’étendaient jusqu’aux terres de Covilhã. En 1500 il dirigea la flotte de 13 navires dans ce qui devait être son second voyage en Inde et accosta sur la côte de Bahia au Brésil.

Pêro da Covilhã – Né à Covilhã. En suivant les ordres du roi João II, il fut le premier grand explorateur des côtes de l’Arabie, de l’Inde et de l’Afrique Orientale. Ses informations furent d’une extrême utilité à la concrétisation de la route maritime vers l’Inde, menée à terme par Vasco da Gama.

Afonso de Paiva – Né à Covilhã, il participa à quelques missions avec Pêro da Covilhã, notamment à l’exploration de la Côte Africaine et à la recherche du règne du Preste João.

Maître José Vizinho – Cosmographe et médecin de João II, il est né dans la communauté juive de Covilhã. Cité par Christophe Colomb, ses connaissances sur la navigation astronomique furent déterminantes pour l’introduction de la latitude sur les cartes de navigation. La découverte contribua à la position dominante portugaise dans la navigation maritime.

Rui Faleiro - Cosmographe, né à Covilhã à la fin du XVe siècle, il participa de façon déterminante au voyage de circumnavigation de Fernão de Magalhães. Sa plus grande contribution fut la découverte de la mesure de la longitude, ce qui permettait aux nefs de connaître leurs localisations en mer.

Francisco Faleiro - Frère de Rui, il se consacra également à la cosmographie, ayant élaboré à Séville, en 1535, le "Traité du Monde et de l’Art de Naviguer", une des premières œuvres sur l’étude des phénomènes du magnétisme terrestre.



    Montaigne de L'Ètoile

      "Serra da Estrêla"
               Covilhã
                    Serra da Estrela (Portugal) par Portuguese_eyes
                    Serra da Estrela - Portugal par Portuguese_eyes

Le Parc Naturel de la Serra da Estrela est le plus grand site protégé portugais et il se situe sur le massif central montagneux, sur un haut plateau incliné vers le nord-est profondément découpé par les vallées des fleuves et rivières qui naissent ici, comme le Mondego et le Zêzere.

Le paysage marqué par les roches et les rochers, parmi lesquels quelques-uns ont pris des formes qui sont à l’origine de dénominations populaires comme "Cabeça da Velha" (Tête de Vieille) et les "Cântaros" (gros, maigre et ras), que vous pourrez admirer en suivant les divers parcours pédestres existants.

Étant le point le plus haut du Portugal continental, c’est un des endroits avec les plus fortes précipitations enregistrées et où il neige fréquemment, permettant ainsi la pratique de sports d’hiver.

Le "Cristal de neige" est le symbole choisi pour le Parc Naturel, une référence aux caractéristiques climatiques et aussi à l’origine glacière de cette chaîne de montagnes, dont en sont un exemple les vallées du Zêzere et d’Unhais, les covões et les pourtours de 25 lagunes naturelles.

Vous trouverez ici de grands troupeaux de brebis qui se nourrissent de vastes pâturages, gardés par les chiens Serra da Estrela, une race de chiens puissants et résistants aux basses températures. Le lait de brebis est à l’origine d’un des plus caractéristique produit de la région, le fameux Queijo da Serra, fabriqué de manière artisanale selon les techniques ancestrales qui utilisent la fleur de chardon comme coagulant. Ne manquez pas de goûter ce fromage mou, à la couleur jaunâtre, entre deux tranches de pain régional. Si vous désirez en emporter avec vous, vous le trouverez en vente à n’importe quelle époque de l’année, mais aux mois de février et mars, l’offre est plus variée dans les foires qui se réalisent dans plusieurs localités de la région.


Imagem:Serra da Estrela III Portugal.jpg

Image:Estancia vodafone.JPG

Image:Foto3 SGiao Small.jpg









Image:Serracovilha.JPG










            Serra da Estrela (Portugal) par Portuguese_eyes
Image:Serra da Estrela IV Portugal.jpg

         Thermes de "Unhais da Serra"

Image:Vista da Serra da Estrela - Parque eólico.JPG


Les références écrites de cette station thermale datent du siècle XVII, mais on suppose que les caractéristiques thérapeutiques de ses eaux sont connues depuis des temps reculés.

      

Située sur le versant sud de la Montagne de Estrela, à 690 mètres d’altitude, dans une zone où abondent d’imposants châtaigniers et où la beauté du paysage est remarquable, la station thermale de Unhais da Serra est un lieu d’une grande quiétude et tranquillité.




Image:Alvoco da Serra.JPG

Image:Barragem próximo à Lagoa Comprida.jpg


Image:N. Sra. da Espinheira.JPG
Repost 0
Published by lejardinduportugal
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 09:42


Conimbriga




Image:Conimbriga.jpg

est une des cités antiques d'époque romaine les plus importantes du Portugal. Classée monument national, elle se situe à 16 km de Coimbra et 2km de Condeixa-a-Nova.


                                 
                                 


 Le site possède un musée qui présente les objets trouvés par les archéologues pendant leurs fouilles notamment des pièces et des objets chirurgicaux. Le nom de Conimbriga, également connu sous la forme Coniumbriga sur l'itinéraire d'Antonin, viendrait du nom du peuple celte, les Cunetes.

Bien qu'elle ne soit pas la plus grande des cités romaines du Portugal, c'est la mieux préservée : les murailles sont presque intactes. On admire toujours les nombreuses mosaïques, fondations de maisons et des bains publics (notamment les systèmes de chauffage, les hypocaustes).

Comme de nombreux sites antiques, la cité de Conímbriga connaît plusieurs périodes d'occupation. Les premières traces d'occupation humaine datent de l'âge de fer au IXe siècle av. J.-C.. Les Romains, dans leur conquête de la Péninsule et dans la guerre finie qui les opposaient aux Lusitaniens arrivent sur le site en -138 : c'est le général Decimus Junius Brutus Callaicus à la tête des légions romaines qui pousse la conquête de l'Ibérie sur cette façade occidentale après la mort de Viriate. Il assimile les peuples celtes locaux et établit l'oppidum florissant de Conimbriga






Image:Conímbriga cavaleiros.jpg


Les fouilles archéologiques menées en 1913 puis les campagnes systématiques organisées par la mission archéologique française au Portugal entre 1974 et 1976 attestent de l'existence d'une occupation humaine du site dès le IXe siècle av. J.-C.  À l'arrivée des Romains, le site de Conímbriga abritait déjà un important oppidum celte.

Suite aux vicissitudes de la conquête de la Péninsule Ibérique, l'ensemble du territoire se retrouve sous domination romaine. La cité de Conimbriga est alors érigée en civitas par Auguste et bénéficie d'une première restructuration urbaine avec notamment la construction d'un premier forum et de thermes qui transforment profondément en le détruisant le tissu urbain préexistant.

Une seconde restructuration urbaine aura lieu peu de temps après sous la dynastie flavienne et de nouveaux thermes viendront remplacer les précédents ainsi qu'un nouveau forum et tout cela dans le cadre de la municipalisation de l'oppidum.

Conimbriga qui se trouve sur la voie reliant Olisipo à Bracara Augusta s'enrichit et est le siège d'une aristocratie profondément romanisée et aisée, ce que l'on voit à travers deux villas urbaines, la Casa dos Repuxos (Maison des fontaines) et la maison au vase phallique.

Toutefois avec la crise du IIIe siècle et le climat d'insécurité des répercussions se font jour dans toute la province de Lusitanie et quand elle se terminera, Conimbriga sera l'objet d'une fortification dont on peut voir les vestiges encore aujourd'hui.

Ces fortications ne seront cependant d'aucune utilité quand la Péninsule Ibérique sera finalement envahie par les peuples germaniques en 409. Elle ne peut ainsi résisté à l'assaut des Suèves qui en 465 et 468 poussent la population à fuir vers le site plus facile à défendre de Coimbra (l'antique Aeminium) qui reprend à cette occasion le nom de la cité désertée.

La cité vidée de ses habitants est progressivement oubliée et disparaît avant d'être redécouverte à l'époque moderne, presqu'intacte et permettre à l'archéologie contemporaine d'en faire un champ important de l'étude de cette période.

Image:Conimbriga calcada 2.jpg





Image:Conimbriga calcada.jpg


Image:Conimbriga vista 2.jpg


Image:Conímbriga -casa das fontes.jpg


Image:Casa conímbriga.jpg



Image:Conímbriga - peixes.jpg


Image:Conímbriga - rosto.jpg

Image:Conímbriga caça.jpg

Image:Conímbriga cavaleiros.jpg

Image:Conímbriga minotauro.jpg

Image:Conímbriga capitel.jpg







Repost 0
Published by lejardinduportugal
commenter cet article
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 10:16


Mes Voeux de


           
BONNE ANNEE
              2009                              

Sugestion Reveillon Ile Madere




Repost 0
Published by lejardinduportugal
commenter cet article
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 08:26




 

Bonnes Fêtes
         et un Joyeux Noël 



     
                 










Repost 0
Published by lejardinduportugal
commenter cet article