Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 20:03

                              Imagem:LMG.png

                                                   Imagem:Pt-lmg1.png




     


Lamego est une commune (en portugais : concelho ou município)et une ville(port.:cidade) du Portugal, située dans le district de Viseu et la région Nord,sub region Douro. Diocese:Lamego.
Municipalité avec 166,71 km² de aire et une population de 26 484 habitantes




Lamego est limitrophe :

  • au nord, de Mesão Frio et Peso da Régua,
  • à l'est, d'Armamar,
  • au sud-est, de Tarouca,
  • au sud-ouest, de Castro Daire,
  • à l'ouest, de Resende.

                                        

Situé à près de 12 Kms des berges du Douro, Lamego connu, au XVIIIè siècle, une période de grande prospérité lorsque l’on produisait ici un "vinho fino", qui fut à l’origine du renommé vin de Porto. Ville très ancienne, puisque les Visigoths au VIIè siècle avait élevé Lamecum au rang de siège de l’évêché.

Ensuite, elle connu le sort de bien d’autres localités qui avec le temps viendraient à être portugaises : elle fut prise par les Maures, reconquise par les Chrétiens, tomba à nouveau entre les mains de l’Islam, jusqu’à ce qu’en 1057, Fernando Magno de Castela, bisaïeul de D. Afonso Henriques, premier roi du Portugal, la reconquit définitivement. Le château, en haut de la ville, la cathédrale et la petite église de Santa Maria de Almacave, témoignent de l’époque médiévale.

La prédominance de l’influence de l’église durant de nombreux siècles, que l’extinction des Ordres Religieux en 1834 viendrait à réduire, dota Lamego de nombreux temples qui révèlent l’influence classique du temps de sa construction aux XVIè et XVIIè siècles. Des histoires racontées sur les azulejos qui recouvrent les murs, des peintures sacrées et de belles décorations en gravure d’or ajoutées à l’époque baroque sont de bonnes raisons d’entrer lorsque vous passerez devant. Une mention spéciale pour l’Église du Couvent de Santa Cruz, avec vue sur la ville, et pour le somptueux et monumental sanctuaire baroque consacré à Notre Dame des Remèdes, qui du haut de ses 600 mètres réponds aux appels des croyants affligés, accordant des remèdes à leurs maux. La ville communique à Notre Dame des remerciements bien mérités en lui consacrant tous les ans (entre le 6 et le 8 Septembre) le grand Pèlerinage de Notre Dame des Remèdes.

A l’extrémité opposée et dans l’alignement du grand escalier du Sanctuaire de Notre Dame des Remèdes se dresse un beau palais du XVIIIè siècle, d’un Baroque élégant et sobre qui fut le palais des évêques de Lamego. Sur la porte principale sont sculptées les armoiries de l’évêque D. Manuel Vasconcelos Pereira, à qui l’on doit les oeuvres de reconstruction et d’agrandissement du vieux palais épiscopal. Aux environs de 1940 cet espace fut agencé pour garder convenablement le richissime trésor du Musée de Lamego, dont la visite est indispensable.

La situation de Lamego si proche des berges du fleuve Douro permet des promenades où l’on peut admirer de merveilleux panoramas sur les vastes vallées où né le vin de Porto.

                                Imagem:Catedral de Lamego.jpg
Image:Claustro catedral Lamego.jpg

Une succession de styles de différentes époques parcourt la façade et l’intérieur de la Sé Cathédrale de Lamego et, cependant, l’ensemble ne manque pas d’imposer une sensation de beauté et de monumentalité.

L’élément le plus ancien que l’on peut y voir réside dans les fenêtres de la tour, avec des chapiteaux sculptés, qui constituent de beaux exemplaires du style roman du XIIe siècle. Au XVIe siècle, l'Évêque Manuel de Noronha fit ajouter la partie supérieure, signant de son écu d'armes. Au même siècle fut construit la remarquable façade, organisée en un triple portique, où se conjuguent des éléments de la Renaissance et du gothique flamboyant, formant un ensemble de grande beauté. De la même époque date aussi le cloître orné de petits et d’élégants arcs, lequel constitue un exemple de l'architecture de transition du Gothique vers la Renaissance. Dans la chapelle de Saint-Nicolas se trouve le tombeau de l’évêque fondateur.

À l’intérieur du temple règne le style baroque du XVIIIe siècle. En 1738, Nicolau Nasoni reçut pour commande la peinture des berceaux des voûtes qui achèvent la structure. Sur les fresques très colorés et bien conservées, les croyants qui ne savaient ni lire ni écrire apprenaient à connaître les épisodes de l’Ancien Testament (la création de l’homme, le péché originel, l’enfance de Moïse, le sacrifice d’Abraham et d’autres passages). Dans la chapelle principale, se trouve un retable du XVIIIe siècle en marbre et dorures et deux beaux orgues datés de 1753. 

                         Lamego - Portugal par Portuguese_eyes
                         Lamego - Portugal par Portuguese_eyes
                         Lamego - Portugal par Portuguese_eyes
                         Lamego - Portugal par Portuguese_eyes
                         Lamego - Portugal par Portuguese_eyes

                         Lamego - Portugal par Portuguese_eyes

                          Igreja de Almacave - Lamego - Portugal par Portuguese_eyes


Dans une avenue centrale de Lamego (Dr. Alfredo de Sousa), monte jusqu’au sommet d’une colline un imposant escalier baroque de 686 marches qui s'achève au pied d'un sanctuaire rocaille, érigé à la moitié du XVIIIe siècle en vénération à Notre-Dame des Remèdes, qui ne fut totalement conclu qu'en 1905. L’abrupte géologie du terrain accentue la grandeur de l'ensemble, entouré de la mystique de la dense forêt qui forme le Parc de Santo Estêvão, un lieu très agréable.

Nicolau Nasoni, auteur des azulejos qui revêtent les voûtes de la Sé Cathédrale de Lamego, dessina quelques-unes des œuvres baroques qui décorent l’ensemble, notamment une très belle fontaine en granit à côté du Sanctuaire. Plusieurs paliers enrichissent le monumental escalier d’intéressantes œuvres sculptées qui amoindrissent la montée pénible, notamment la fontaine du Pélican et une petite chapelle octogonale érigée au XVIe siècle en honneur à la Vierge sur ordre de l’Évêque Manuel de Noronha. Sur un des paliers se dressent dix-huit statues représentant des rois et des patriarches de Judée, s'élevant au centre d'une monumentale tasse d'eau un obélisque de 22 m de haut, décoré et soutenu de mythiques atlantes. Finalement, on arrive au sanctuaire, résumé de l’ensemble, consacrée à la Sainte Patronne.

Le tombeau du fondateur, le chanoine José Teixeira Pinto, décédé en 1784, se trouve à l’entrée de la nef du temple. 

                           Santuário de N. Sra. dos Remédios - Lamego - Portugal par Portuguese_eyes

Image:Santuário de Nossa Senhora dos Remédios.jpg

Au XVe siècle existait près du local où se dresse le Sanctuaire une petite chapelle consacrée à Santo Estevão. Au XVIe siècle, l’évêque de Lamego, Manuel de Noronha, commanda à Rome, la “ville sainte” une image de la Vierge qui remédiait à tous les maux et la déposa dans une nouvelle chapelle qu’il fit construire à la place de l’ancienne chapelle de Santo Estevão. Depuis, le culte de Notre-Dame des Remèdes n’a cessé de croître et au XVIIIe siècle commença la construction du majestueux sanctuaire qui lui fut consacré.

Tous les ans, de la fin août à la mi-septembre, Lamego est en fête, faisant coïncider les Fêtes de la Ville avec le “Pèlerinage du Portugal” dédiée à sa sainte patronne. Aux festivités accourent des centaines de milliers de personnes qui, pendant trois semaines peuvent assister à des spectacles, des expositions, des concerts, des défilés, des fêtes, des évènements culturels et sportifs. Les jours qui précèdent le pèlerinage, les festivités incluent une marche lumineuse, où défilent des chars allégoriques et une bataille de fleurs.

La procession du Triomphe sera le moment le plus symbolique de toute la fête. L’énorme brancard avec la représentation de Notre-Dame des Remèdes est transporté sur une charrette décorée et tirée par des bœufs, pour laquelle il existe une autorisation spéciale du Saint Siège, faisant de Lamego l'unique lieu du monde catholique où l'on peut voir une représentation de la Vierge transportée par des animaux.




                          Santuário da Sra. dos Remédios - Lamego - Portugal par Portuguese_eyes





                           Lamego - Portugal par Portuguese_eyes



                   Santuário da Sra. dos Remédios - Lamego - Portugal par Portuguese_eyes


                                        Santuário da Sra. dos Remédios - Lamego - Portugal par Portuguese_eyes



                                         Santuário da Sra. dos Remédios - Lamego - Portugal par Portuguese_eyes
















Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 19:21

                                     Imagem:PRG.png

                                                      Imagem:Pt-prg1.png



Peso da Régua est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Vila Real et la région Nord
Municipalité avec 96,12 km² de aire et une population de  17 987 habitants
.La municipalité a été créée en 1836 par démembrement partiel de la municipalité de Santa Marta de Penaguião.

                                 


Peso da Régua est limitrophe :

  • au nord, de Santa Marta de Penaguião et Vila Real,
  • à l'est, de Sabrosa,
  • au sud, d'Armamar et Lamego,
  • au sud-ouest, de Mesão Frio,
  • à l'ouest, de Baião.

                                               Peso da Régua - Portugal par Portuguese_eyes


On pense que Peso da Régua vient d’une maison romaine qui exista ici, la "Villa Reguela", mais son grand développement survient après 1756 avec la création de la Compagnie Générale de l’Agriculture des Vignes du Haut Douro, qui institua le premier terroir de production vitivinicole au niveau mondial.

Située près du Fleuve Douro, cette ville a joué un rôle prépondérant dans la production et la commercialisation du Vin de Porto, en effet c’est depuis cette ville que les barriques de vin étaient transportées en bateaux spéciaux équipés d’un long gouvernail jusqu’à Vila Nova de Gaia, où le vin vieillissait dans les caves.

Dans cette région, les vignes cultivées en terrasses sur les pentes près du fleuve, offrent de magnifiques panoramas qui peuvent être admirés depuis les nombreux miradors du coin et tout particulièrement ceux de São Leonardo em Galafura et de Santo António do Loureiro.

Aux alentours, la station thermale de Caldas de Moledo, située sur la rive droite du Douro, possède son propre mouillage et est un lieu apaisant pour des vacances reposantes.



                           Desafio Volta ao Mundo - Peso da Régua par Portuguese_eyes

                           Peso da Régua - Portugal par Portuguese_eyes
                           Peso da Régua - Portugal par Portuguese_eyes

                           Peso da Régua - Portugal par Portuguese_eyes
                           Peso da Régua par Portuguese_eyes
                           Peso da Régua - Portugal par Portuguese_eyes
                           Peso da Régua - Portugal par Portuguese_eyes


                           Peso da Régua - Portugal par Portuguese_eyes
                           Vale do Rio Douro - Portugal par Portuguese_eyes
                           Pontes (3) entre a Régua e Lamego - Portugal par Portuguese_eyes

La Ligne Ferroviaire du Douro, de 203 km entre Porto et Barca d’Alva, fut conclue en 1887, après que le génie ait vaincu les accidents naturels de la vallée sur 26 tunnels et 30 ponts. Le résultat est un parcours inoubliable au milieu de décors à l’impressionnante beauté naturelle.

La promenade commence à la Gare de Régua, en plein cœur de la région d’origine du Vin de Porto, où le train est arrivé pour la première fois en 1878.

Le voyage se poursuit en longeant les rives du fleuve jusqu’à la Gare de Pinhão. C’est une des plus belles gares du pays, avec ses façades décorées de panneaux d’azulejos, représentant les travaux de la vigne et les paysages de la région et l’un des principaux points de pèlerinage des touristes qui visitent cette localité.

La Gare de Tua boucle le parcours. Son nom a pour origine l’affluent qui débouche sur le Douro, entre les roches escarpées colossales. D’ici vous pourrez poursuivre un autre voyage jusqu'à Mirandela par la Ligne de Tua, une impressionnante œuvre de génie, construite en 1887. Pour permettre à la voie de circuler à pic sur les très hauts rochers, la ligne a été coupée dans la roche à la dynamite. Des fenêtres du petit train, le paysage est d’une beauté admirable et austère, fait d’énormes cols qui compriment le lit du fleuve, quelques dizaines de mètres plus bas. Lorsque la nature s'adoucit c'est le signe que vous arrivez sur le plateau de Mirandela et aussi en fin de ligne. 


                           Peso da Régua - Portugal par Portuguese_eyes

Sur la rive droite du fleuve Douro, près de Régua, à la Quinta de Moledo se trouvent les eaux thermales du même nom. Situées dans un magnifique parc composé de platanes ancestraux et entouré de vignes, les thermes offrent un environnement calme, beau et reposant.

Cette région de vignes disposées en terrasses, qui produisent le fameux vin de Porto, est l’une des plus belles et caractéristiques du pays.

Au milieu du siècle XVIII, la ville de Régua a acquis une , grande importance avec la création par le Marquis de Pombal de la Compagnie Générale de l’Agriculture des Vins du Alto Douro, se transformant en un énorme entrepôt commercial des dénommés “vinhos finos”.














 
1 – São Leonardo da Galafura
Près de Régua, “à côté” du village de Poiares, se dresse le mirador de São Leonardo da Galafua. Dans ce paysage que l’écrivain Miguel Torga a définit comme poème géologique, on apprécie d’un seul regard la Vallée du Douro et la Serra do Marão. Sur place se trouvent une petite chapelle et un agréable parc pour pique-nique.

2 – Quinta do Noval
Sa localisation privilégiée et la géométrie colorée de ses vignes, font de cette propriété la vitrine du Douro, la plus célèbre ferme de la région. L’endroit où, selon la revue américaine “Wine Spectator” se produit l’un des 12 meilleurs vins du XXe siècle (le “vintage” Noval Nacional de 1931). Située sur la rive gauche du fleuve Pinhão, la ferme se dresse en paliers murés de schiste, divisés en rangées d’escaliers listées du même blanc des maisons et de la route oblique qui traverse la propriété.

3 – Casal de Loivos
Un balcon, avec une autre perspective, sur le Pinhão et sur la vallée ouverte et courbée du Douro. Près du cimetière du village, s’aperçoit l’un des plus beaux paysages du Douro Vigneron, avec l'imposante Quinta das Carvalhas en face, celle de Roêda en bas, celle de la Foz du côté droit et le fleuve au fond formant un “S” près de Pinhão.

4 – São Salvador do Mundo
Lieu sacré et mythique situé à quelques kilomètres de São João da Pesqueira, São Salvador do Mundo est une destination de pèlerinage et de pérégrination, surtout de femmes. Les jeunes filles qui veulent se marier avec un homme décent, comme le dit la tradition, doivent faire des nœuds aux ronces qu’elles rencontreront au bord du chemin qui mène à la chapelle. De là, on aperçoit la moitié du Douro. Au fond de l’abyme, contorsionné par des rochers escarpés, coule le fleuve, maintenant réduit par le Barrage da Valeira et libéré du fameux bouillonnement des eaux qui, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, constituait un obstacle infranchissable à la navigation. Le passage était si dangereux que les marins, en arrivant sur place, remettait leur âme aux mains du seigneur, entre des supplices au Saint Sauveur. Parmi les naufragés da Valeira, le baron de Forrester fut le plus connu.

5 – Quinta do Vale Meão
Ce fut, durant des années, le berceau du mythique vin Barca Velha. Maintenant il donne son nom et ses raisins à un autre vin de table rouge : la Quinta do Vale Meão 1999. Implanté sur une suave inclination de terrain de la rive droite du Douro, près de Pocinho, où termine le paysage classé par l’UNESCO au nord, la ferme renferme dans sa vastitude et grandeur la marque de sa fondatrice, Antónia Ferreira. En neuf ans, la femme d’entreprise a modifié le mont Meão pour y planter près de 900 mille pieds de vigne. Fut un temps où 800 personnes travaillèrent dans la construction des maisons et dans l’installation de la vigne. Antónia mourut l’année où la ferme fut inaugurée, en 1896. Vale Meão est, depuis, le point culminant d’une vie sans précédent dans la région. Ici se trouve l’essence du Douro : la beauté, le rêve, la légende et le génie créateur.







Imagem:RG CHEIAS NOVEMBRO 2006.jpg
Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 18:42

                                          Image:CNF.png

                                                             Image:Pt-cnf1.png



Cinfães est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Viseu et la région Nord.
Cinfães Municipalité avec  239.3 km² de aire et une population de  21,318 habitants.


                                  


Cinfães est limitrophe :

  • au nord, de Marco de Canaveses et Baião,
  • à l'est, de Resende,
  • au sud, de Castro Daire et Arouca,
  • à l'ouest, de Castelo de Paiva.


                      Igreja Paroquial de Cinfães (Portugal) par Portuguese_eyes
                      Igreja Paroquial de Cinfães - Portugal par Portuguese_eyes

                      Cinfães par Portuguese_eyes
                      Cinfães - Portugal par Portuguese_eyes
                      Igreja de Tarouquela - Cinfães par Portuguese_eyes
                      Igreja de Tarouquela - Portugal par Portuguese_eyes
                      Cinfães par Portuguese_eyes
                      Rio Douro - Portugal par Portuguese_eyes
                      Barragem do Carrapatelo par Portuguese_eyes


Situé entre les rives du fleuve Douro et la Serra de Montemuro, c’est ici que fut élevé le premier roi du Portugal, Afonso Henriques (1139-85), par son précepteur Egas Moniz, seigneur de ces terres.

C’est une région très fraîche et verdoyante, avec des plages fluviales près du barrage de Carrapatelo, idéales pour pratiquer des sports nautiques.

Un peu partout vous découvrirez des vestiges de l’occupation préhistorique de la municipalité et de la période romane, comme les Églises d'Escamarão et de Santa Maria Maior à Tarouquela.

Sur la rive gauche du fleuve Douro, près de Cinfães, dans la commune de Resende, se trouvent les Eaux Thermales de Aregos. La station, située près de Albufeira do Carrapatelo et entourée de monts, est un lieu d’une grande beauté et tranquillité.

Au sommet de Aregos, se trouve le rocher de São João, un mirador avec une magnifique vue sur la vallée du Douro.


À Cinfães ont  trouve un couvent, du XIIe siècle, on respecte la règle de Saint Augustin, d’Egas Moniz et de Teresa Afonso. Ultérieurement, le monastère appartint à l’Ordre de Saint Benoît, étant transféré à Porto au XVIe siècle. Il reste l’Église du XIIe siècle.

Nossa Senhora da Natividade - Escamarão, Église romane gothique où sont mis en évidence les pierres de taille sculptées des portails, de l’arc triomphal et de la lucarne éclairant le chevet. Elle présente un autel latéral d’azulejos et des restes de fresques.

Sanctuaire do Senhor dos Enfermos-Sanctuaire de dévotion mariale et centre de promesses. L’ensemble est formé d’une Chapelle, d’un Cimetière, d’une Maison de la Confrérie, d’une Maison des Aumônes. On peut y observer des images des Saints et deux kiosques à musique sur le parvis.

Les pèlerinages et les processions se réalisent le samedi et le dimanche de Pentecôte.



























                                    

                                

                                

     


Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 17:56
                                     Image:CVD.png
                                                          

                             


                    Castelo de Vide , Municipalité avec 264.9 km² de aire et une population de 3,780 habitants

                              

Le château entouré de maisons blanches se détache dans le paysage et est sans aucun doute la première surprise pour le visiteur. Vu du ciel, le paysage de l’Alentejo acquiert toute sa splendeur. De petits villages au milieu des champs s’étendent à perte de vue. Non loin, à près de 20 Kms, on aperçoit Marvão et un peu plus loin les terres d’Espagne.

Sur le versant Nord, entre le Château et la Fontaine du Bourg, une série de rues plus étroites délimitent le noyau historique du quartier Juif. La juiverie de Castelo de Vide est l’un des exemples les plus importants de la présence des juifs dans notre pays, datant du XIIIè siècle, époque de D. Dinis. C’est l’une des juiveries les mieux conservées du Portugal, où sont préservés les plus grands trésors d’architecture civile de l’époque gothique.

Promenez-vous, au hasard des rues escarpées et étroites et laissez-vous envahir par le charme de sa mémoire médiévale.

Mais Castelo de Vide possède d’autres monuments méritant une visite. Citons par exemple la Chapelle de Salvador do Mundo, la plus ancienne (fin du XIIIè siècle) dont l’intérieur est couvert de panneaux d’azulejos bleues et blancs, ou la Chapelle de São Roque construite au XVè siècle et reconstruite au XVIIIè siècle. Mais ce ne sont là que deux des 24 églises existantes.

Si vous avez encore du temps et si vous en avez envie, vous pouvez grimper au sommet frontalier de Castelo de Vide, où se trouve la Chapelle de Nossa Senhora da Penha et d’où vous aurez une autre perspective du bourg.

Castelo de Vide a toujours été connu pour ses richesses naturelles notamment pour ses thermes, dont l’eau possède des propriétés thérapeutiques. Il existe plusieurs fontaines celle de Vila et celle de Mealhada étant les plus connues. Toutefois nous devons vous mettre en garde. Vous devez savoir que, selon des croyances populaires, celui qui boit de l’eau de la Fontaine de Mealhada doit revenir à Castelo de Vide pour se marier.


Image:Castelo de Vide1.JPG

Image:Castelo de Vide2.JPG

Image:Castelo de Vide - Castelo1.jpg


Image:CasteloVide-CCBY.jpg


                              
                            

         Le Chateau à
        Castelo de vide




Image:Nt-castelovide-castelo.jpg
  

Image:Pathway to the castle.jpg

Image:Top of the castle Castelo de Vide.jpg

Image:Medieval castle.jpg


                            

                            
Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 16:00








           Castro Laboreiro Paroisse de Melgaço de 100km² de aire et 726 habitants 


Castro Laboreiro, dont la fondation remonte à l’Âge de Fer et donne son nom à une race canine originaire de cette région. 


                    Cupula Falsa par faller_man

              Chateau
       Castro Laboreiro

         





































 les chiens de Castro Laboreiro, au poil sombre, gardant les troupeaux qui, au rythme des saisons, se déplacent entre les hivers doux et les hivers rigoureux. 


          


Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 21:47
                                       Image:MLD-luso1.png


                     
                   Grande Hotel do Luso - Portugal par Portuguese_eyes


                                          


L’ancienne ville de Luso est un petit bourg très caractéristique et accueillant.
Ses conditions exceptionnelles et ses eaux très pures font de Luso une des plus importantes stations thermales portugaises.

Tout près, se trouvent la Montagne de Buçaco, lieu enchanté où la nature pousse dans toute sa splendeur et plénitude, et la ville de Coimbra, une des plus anciennes villes universitaires d’Europe, qui maintient encore les traditions académiques séculaires.



Image:Luso.JPG

Image:Buçaco.JPG


Ample et majestueuse forêt, la Montagne du Buçaco est un véritable jardin botanique où l’on peut rencontrer près de 700 espèces natives et exotiques, protégées par un Décret Papal du XVIIè siècle qui menaçait d’ex communion celui qui la détruirait. Parmi les espèces présentes on distingue le Sapin du Caucase, le Cèdre du Buçaco ou le Sequóia toujours vert (arbre de grande taille qui peut atteindre les 100 mètres de hauteur).

C’est à la fin du XVIè siècle, que le Vicaire Général des Carmélites aux Pieds Nus trouva le lieu idéal pour la construction d’un lieu de retraite, c’est-à-dire, un lieu où les moines pourraient se consacrer à la vie contemplative en contact avec la Nature. Ainsi, ils firent ériger ici un couvent, et diverses chapelles ainsi que des chapelles pénitentielles dispersées dans le bois, qui avec les nombreux lacs et grandes croix de pierre donnent à ce lieu une ambiance magique. La beauté éblouissante de la Montagne, où brillent des lieux tels que le Vale dos Fetos et la Fonte Fria, pourra être admiré depuis le Mirador de Cruz Alta.

Du couvent original, seul peuvent être aujourd’hui visités les cloîtres, la chapelle et quelques cellules, puisqu’une partie de ce lieu abrite depuis le XIXè siècle, un palais de style néo manuélin, aujourd’hui transformé en Hôtel de Luxe.

Au XIXè siècle, la Montagne du Buçaco a été le théâtre de la victoire des portugais sur les troupes de l’envahisseur Napoléon, fait rappelé dans l’obélisque et le Musée Militaire, et célébré tous les ans le 27 septembre.


                                    


                     
                     




Image:Buçaco (26).JPG





Image:Convento de Santa Cruz de Buçaco.jpg



Image:Viacrucis de Buçaco.jpg

Image:Ermita de Buçaco.jpg





















                              Image:MLD.png
 

                                                         




Mealhada est une ville et une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district d'Aveiro et la région Centre.

En matière statistique, la municipalité fait partie de la sous-région de la Basse Vouga.

En matière vinicole, elle se rattache à la zone vinicole de Bairrada.

Enfin, elle fait partie de la Grande aire métropolitaine (GM, Grande Area Metropolitana) de Coimbra

Mealhada est limitrophe :

  • au nord, d'Anadia
  • à l'est, de Mortágua
  • au sud-est, de Penacova
  • au sud-est et au sud, de Coimbra
  • à l'ouest, de Cantanhede




                                     


              La   Mairie
    
                  Câmara Municipal da Mealhada - Portugal par Portuguese_eyes

                    

                    Mealhada - Portugal par Portuguese_eyes


                     Mealhada - Portugal par Portuguese_eyes


                     Mealhada - Portugal par Portuguese_eyes





                                           

Curia est un village du Portugal, dans la paroisse de Tamengos, la municipalité d'Anadia, et le district d'Aveiro.

Ce village est connu pour ses thermes.

                            


Curia bénéficie du fait de faire partie du fameux triangle touristique Curia - Luso - Buçaco, une zone de montagne.

Située à l’intérieur du Parc de Curia, la station thermale est tout naturellement entourée de végétation, formant un vrai havre de tranquillité et de paix. Un lac tout proche vous permet de faire de paisibles promenades en bateau. Le Palace Hôtel de Curia, en style Art Nouveau, nous plonge dans l’univers de la Belle Epoque. Appréciez ici la traditionnelle hospitalité portugaise et un service personnalisé.

Ajoutez à votre repos une touche de charme et découvrez un lieu rempli de romantisme.


                   

                  



     




   

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 20:53

                                     


                                                            



                                    

                       



Encadrée par le superbe amphithéâtre que forme la Montagne de Gardunha, Castelo Novo surprend par les beaux exemplaires de maisons seigneuriales qui furent la propriété des familles nobles de la région.

Son château, édifié au XIIè siècle et qui subit de grosses détériorations lors du tremblement de terre de 1755, prit le nom de "novo", puisqu’il en existait déjà un aux alentours qui fut abandonné car il ne disposait pas des bonnes conditions pour défendre le lieu. Ainsi s’explique le fait que le village ait pris le nom de Castelo Novo.

Sur la Place de Bica l’édifice médiéval de l’Hôtel de Ville offre au regard de nombreuses touches curieuses, notamment une fontaine publique baroque (XVIIIè siècle) adossée à une façade en granit, surplombée par les armoiries du roi D. João V, qui introduit une note quelque peu dissonante dans la simplicité médiévale de l’édifice.

À l’arrière, pareille à une sentinelle protectrice et attentive, l’ancien donjon du château, dépossédé de ses fonctions guerrières, indique l’heure à la population du village. De la vie communale effacée par le temps subsiste la “Lagariça”, énorme pressoir taillé dans la roche où durant des siècles le vin a été foulé pour les habitants du village.

Juste à côté de Castelo Novo ne manquez pas la visite de la belle ville de Alpedrinha.



               

           Image:Chafariz da Bica de Castelo Novo.jpg



Imagem:Castelo de Castelo Novo.jpg














Imagem:DSCN9784.jpg


Située sur le versant sud de la Serra da Gardunha et protégée par les vents d'hiver, à Alpedrinha l’air est d’une limpidité totale.

Les romains l’appelaient Petratinia et le mystérieux tunnel qui commence dans l’une des rues d’Alpedrinha et se finit nul ne sait où, a sûrement disparu avec eux, car ses fouilles pourraient mettre en danger les maisons.

Bien que le village ait été pillé lors des invasions napoléoniennes, Alpedrinha conserve des exemplaires anciens de l’architecture noble et populaire dans ses pittoresques rues, entre les jardins et les vergers. Les maisons populaires aux balcons en bois décorés de vases de géraniums et aux petites marches avec porche, la grande Fontaine Royale, baroque, qui rappelle João V, l’harmonieuse église de la Miséricorde, la façade palatine de la Maison de Comenda, aux fondations très anciennes, la chapelle Leão dont la décoration du portique est attribuée au sculpteur Nicolau de Chanterenne et d’autres édifices exemplaires du XVIIe et du XVIIIe siècles, sont des raisons qui ne manqueront pas d'enchanter ceux qui visiteront ce village.












Image:DSCN9782.JPG


Image:DSCN9793.JPG

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 18:13
                                 Imagem:IDN-penhagarcia.png


                                                    Imagem:Pt-idnpg1.png






                    


                                  



Penha Garcia est un petit village situé dans la région Centre du Portugal à quelques kilomètres de la frontière Espagnole.
Penha Garcia Paroisse de Idanha-a-Nova, avec 128,57 km² de aire  et 1700 habitants .



Le noyau le plus ancien du village de Penha Garcia, situé entre le village historique de Monsanto et la station thermale de Monfortinho se niche en haut d’une escarpe qui se penche sur un col étroit et profond du fleuve Ponsul. Ici, où les modestes maisons étalent la noblesse des pierres en schiste et en granit, personne ne sera indifférent à la vue de l'imposante et austère beauté de cette région de la Beira.

Pour couronner le petit village, le château érigé par Sancho Ier, deuxième roi du Portugal, rappelle que Penha Garcia faisait partie de la défense stratégique du royaume, dans les premières années agitées de son existence. Au XIVe siècle le village et le château furent donnés à l’Ordre du Temple, guerrier et défenseur des terres de la chrétienté. Avant cela, il aurait fait partie des terres seigneuriales d’un certain Garcia Mendes, qui lui léga son nom.

L’église matrice renferme un précieux trésor : l’image de Notre-Dame do Leite sculptée sur la pierre d’Ançã, émouvante dans sa manifestation maternelle, avec sur son socle une inscription gothique datée de 1469.

Imagem:Penha Garcia.JPG


Penha Garcia est niché au cœur de la Beira Baixa, une région sauvage de toute beauté à la frontière espagnole. Si la nature unique de cette région lui a valu d’être inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO (Geopark Naturtejo), le patrimoine architectural est également à l’honneur avec des villages historiques comme Penha Garcia, Idanha-a-Velha et Monsanto, réputé pour être le «village le plus portugais du Portugal».

Image:Penha Garcia - Portugal.jpg





Imagem:Alto Ponsul.JPG


Imagem:Barragem PenhaGarcia.JPG

                    








 

La principale raison de la création de la Réserve Naturelle de la Serra da Malcata fut la préservation du lynx ibérique et de son habitat.

                    


Ce félin qui est en voie de disparition est une espèce endémique de la Péninsule Ibérique. Sa taille est beaucoup plus petite que celle des lynx eurasiatiques et sa plus marquante caractéristique est sa touffe de poils noirs, en forme de pinceau, à la pointe de ses oreilles triangulaires. Pour vivre, il préfère des lieux tranquilles couverts de végétation dense et rase, loin des populations où il peut chasser librement des lapins sauvages et des lièvres, sa nourriture préférée.
                                     

Apercevoir un lynx ibérique ne sera certainement pas chose facile mais la faune de la Réserve Naturelle est très diversifiée, vous pourrez donc y observer d’autres mammifères et plusieurs types de rapaces, parmi lesquels le vautour noir, dont les ailes déployées peuvent atteindre plus de trois mètres.

La Réserve Naturelle se situe entre les petites villes de Penamacor et de Sabugal, dans une zone peu habitée, à la végétation abondante, où prédominent les forêts de bruyères et de ronces qui embaument l’air de leurs parfums. En cet endroit coulent divers cours d’eau comme les fleuves Côa et Bazágueda et la rivière Meimoa, où vous trouverez plusieurs plages fluviales, idéales pour des moments de loisir.

Pour mieux connaître cette zone, suivez un des Parcours Pédestres proposés par les Services du Parc, et si vous débordez d’énergie optez pour des activités plus radicales comme le VTT ou le canoë.



         

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 19:43

                                     Image:Vila Real brasão.gif


                                                            Image:Vila Real estandarte.gif


                                    



Le district de Vila Real est un district du Portugal. Sa superficie est de 4 308,29 km², ce qui en fait le 11e du pays en termes de superficie. Sa population est de 221 519 habitants (2004). Sa capitale est la ville éponyme de Vila Real.


                    

                    

                    

Ville capitale de la province de Trás-os-Montes, Vila Real se dresse à 427 mètres sur un promontoire qui forme comme une péninsule entre les fleuves Corgo et Cabril, et sur lequel ressortent ses gracieuses maisons.





Le premier “foral” de Vila Real fut concédé par D. Dinis (r. 1279-1325), en 1289. Il garantissait aux habitants le droit de refuser l’hospitalité à des nobles et à des chevaliers, qui devraient ainsi passer la nuit hors de ses murs. Ceci n’empêcha pas la ville d’accueillir aux XVIIè, XVIIIè et XIXè siècles beaucoup de familles nobles, dont les résidences ont été absorbées par le tissu urbain.

Aujourd’hui, celui qui visite Vila Real, sera inévitablement surpris en voyant les nombreuses pierres portant des armoiries qui anoblissent les façades de nombreux édifices, et le blason de la ville, gravé avec une épée et un bâton, résume l’histoire de son premier comte.

Ville belle et apaisante, où le regard se perd dans les montagnes qui l’entourent, commencez par découvrir le lieu où, au XIIIè siècle, se fixèrent les premiers habitants, la "Vila Real médiévale", en continuant par la "Vila Real ancienne" pour finir votre promenade au Parc touffu do Município, près de la Vila Real moderne. Ici, nous vous suggérons de monter au sommet du calvaire, où vous aurez une perspective semi-circulaire sur la ville, embrassant l’occident, les montagnes de Marão et de Alvão et au sud la chaîne de montagnes de Montemuro. Vers le nord de ce mirador se trouvent les quartiers modernes, qui se sont développés durant les 100 dernières années.

À environ 3 Kms de la ville recherchez l’un des plus notables joyaux du Baroque Portugais : le Palais de Mateus.









Palais de Mateus
Édifié durant la première moitié du XVIIIè siècle, selon les plans de Nicolau Nasoni, le Palais Mateus entouré de beaux jardins insérés dans une vaste propriété est  considéré comme l’une des plus grandes puissances de l’architecture civile du baroque au Portugal.

De sa décoration intérieure ressortent les plafonds en bois travaillé, le mobilier de différentes époques, les peintures du XVIIè et du XVIIIè siècles, des objets en argent, de la céramique et une bibliothèque où s’illustre une remarquable édition des  Lusíadas.

Le Palais de Mateus est la propriété de la Fondation de la Maison de Mateus, qui a développé une intense activité culturelle notamment dans les domaines de la musique, de la littérature et des arts plastiques, organisant des festivals, des cours, des séminaires et des expositions. À noter dans ce sens les "Rencontres de Musique de la Maison de Mateus" qui ont lieu tous les ans durant les mois d’été.ar



                   





                     

Elle correspond au côté sud de l’actuelle ville qui est à l'origine de "vila real" fondée par le roi Dinis. Bien que pratiquement tous les vestiges de la ville primitive aient disparus, l’espace est impressionnant par la beauté de la vue panoramique qu’elle offre.

Vous n’aurez besoin que d’une demi-heure pour parcourir les limites du promontoire, en y accédant par la place Freitas, où se situe la porte principale de la ville, défendue par deux tours démolies au XIXe siècle.

Du côté ouest coule, à près de 100 mètres de profondeur, le fleuve Cabril. Du côté est vous apercevrez le profond ravin qui sert de lit au fleuve Corgo. Les deux fleuves confluent à l’extrême sud du promontoire d’où sont encore visibles le long de la côte quelques vestiges de la muraille médiévale que Dinis fit ériger. Au loin, se dressent les chaînes de montagnes qui entourent Vila Real : la Serra de Montemuro, au sud, le sommet de la Serra do Marão à l’ouest et les contreforts de la Serra d’Alvão, du côté nord-ouest.

A l’intérieur des murs du cimetière la chapelle de S. Brás, et l’église de São Dinis contiguë, sont contemporaines de la fondation de Vila Real. Suivez la rue de Traz do Muro, d’où la vue comprend la vallée du Corgo, dont les eaux sont emprisonnées dans une écluse qui alimenta la première centrale génératrice d’électricité construite au Portugal par un municipe (1834), qui s’aperçoit en cet endroit. Sur ce mirador, également assis sur l’ancienne muraille, se trouve la chapelle de Santo António dos Esquecidos, un temple édifié à la moitié du XVIIe siècle. Regagnez la place Freitas pour initier votre promenade dans la vieille Vila Real à partir de l’édifice de l’Hôtel de Ville, qui culmine à l’avenue Carvalho Araújo. 

                      


                      


                      


Avec une superficie de 4 239 km², le district est localisé à l'est de la cité portuaire de Porto et au nord du Douro (rio Douro, signifiant doré en portugais). Vila Real a toujours été attaché à l'histoire de la province de Tras-os-Montes. La population a baissé ces dernières années, dû à l'émigration. Beaucoup de petits villages ont perdu de la population, à cause de l'exode rural vers les grandes villes, et l'émigration vers le reste de l'Union Européenne, essentiellement la France et l'Allemagne.

Le district de Vila Real est un territoire accidenté, avec de basses montagnes (d'où le nom de la province de « Tras-os-Montes », signifiant « derrière les montagnes » en portugais) et d'étroites vallées. À cause du manque de fertilité, l'agriculture a toujours été difficile; bien que le raisin nécessaire au Porto est produit sur les vallées du Douro. La région est naturellement boisée, bien que des incendies récents font réduire les forêts. La production de granit & le pompage de l'eau (les eaux de Vidago et de Pedras Salgadas) sont reconnues à l'échelle nationale (aguas de Alto-Douro).

Il y a une petite ligne de chemin de fer et une autoroute reliant Peso da Regua à Porto.

























La région de Vila Real est peuplée depuis le paléolithique (-3000000 à -8000). Il reste des vestiges, comme le sanctuaire rupestre de Panóias, et un sanctuaire près d'Alijó, ressemblant à un dolmen.

La région a appartenu aux provinces romaines de Tarraconnaise et de Lusitanie (les deux provinces ibériques), dont il reste un pont à Chaves; et a subi les invasions barbares et musulmanes.

Au XIIe siècle, en 1096, le comte Don Henrique demande à Constantim de Panóias de promouvoir le peuplement de la région. Seulement en 1289, sous l'ordre du roi Denis Ier le Libéral (1261-1325), la ville de Vila Real de Panóias est fondée.

Sa localisation privilégiée (croisement des routes Porto-Bragança et Viseu-Chaves) a permis une croissance rapide. La présence à partir du XVIIe siècle, de la Casa dos Marqueses (« maison des Marquis », en portugais), a fait que beaucoup de nobles de la cour du roi s'y installèrent.

Avec l'augmentation de la population, Vila Real a obtenu, au XXe siècle, le statut de capitale du district. En 1922 fut créé le diocèse de Vila Real.

Les pays comme la France ou l'Allemagne, qui manquaient de main-d'œuvre ont demandé au Portugal des ouvriers, ce qui entraîna le dépeuplement de régions comme les campagnes autour de Vila Real.

Imagem:Serra do Marao Portugal 01.jpg

Les accidents géologiques à l’origine de spectaculaires cascades, une grande diversité d’écosystèmes naturels et un patrimoine social préservé transforme votre promenade dans le Parc Naturel d’Alvão en un pèlerinage d’authenticité. Sur le versant ouest de la Serra d’Alvão, qui intègre l’imposant massif montagneux où se trouve la Serra do Marão, l’aire protégée est parcourue par le fleuve Olo, qui coule entre les roches et les rochers et traverse la pierre dans les Fisgas de Ermelo, retombant en cascades d’une hauteur de près de 250 mètres. Impressionnant par la force des eaux, c’est un des les plus beaux sites de la région et il est représenté dans le symbole du Parc.

Le cours du fleuve Olo uni deux réalités différentes. À une altitude moyenne de 1.000 m, dans la zone de Lamas de Olo, prédomine le granit et la végétation de haute montagne ; en bas, près d’Ermelo, où l’altitude avoisine les 450 m, prévaut le schiste et le paysage verdoyant comme dans le Minho.

Le schiste, le granit et la chaume sont les matériaux utilisés pour la construction des maisons des villages typiques de Lamas de Olo, Anta ou Ermelo, où le temps s'écoule si lentement que l’on se croirait très éloigné de n’importe quelle ville, et pourtant si près de Porto qui se trouve seulement à une heure de route. Pour avoir une idée du mode de vie des habitants de cette région, visitez le complexe de l’Écomusée d’Arnal, qui recrée l’atmosphère d’un village traditionnel d’Alvão.

Suivez les parcours suggérés par le Parc et appréciez les magnifiques panoramas avec attention, car vous apercevrez peut-être un loup ou un faucon pèlerin, puisqu’il sera quasiment impossible de voir l’aigle royal, qui a pratiquement disparu. S’il vous reste des énergies, testez votre adrénaline au rafting sur les divers cours d’eau et, pour vous remettre de vos efforts, ne vous privez pas de l’excellente gastronomie régionale, qui réunie des mets comme la boule de viande et le rôti de veau, dont la viande de la plus grande qualité provient d’une race autochtone – la “maronesa















Soubor:Serra do Marao.jpg










                        

                        




                                  Image:Pottery Bisalhaes Vila Real Portugal 02.jpg




Image:Pottery Bisalhaes Vila Real Portugal 01.jpg

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 07:39
                                  Image:PCR.png

                                                           Image:Pt-pcr1.png



                                  






Paredes de Coura
est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Viana do Castelo et la région Nord.

                                            Municipalité avec 138.2 km² de aire et  une population de 9,367 habitant






Paredes de Coura est limitrophe :

  • au nord, de Valença et Monção
  • à l’est, d'Arcos de Valdevez
  • au sud de Vila Nova de Cerveira

































Dans une région riche en valeurs archéologiques, Paredes de Coura eut beaucoup d’importance pendant les Guerres de Restauration entre le Portugal et l’Espagne (XVIIe siècle).





La petite ville attire des foules de jeunes en août à son Festival de Musique sur les rives du fleuve Coura.



Située sur la Costa (près de Paredes de Couro) et entourée d’une forêt, l’Église de Saint Pierre se dresse près de la route, étant protégé par un parvis dallé et muré, où se trouve un milliaire de l’ancienne voie romaine.




Construite au XIIIe siècle en granit, cet édifice religieux de style roman, présente un plan longitudinal d’une seule nef. L’espace intérieur fut modifié au XVIe siècle avec l’agrandissement de la nef lors des restaurations effectuées, et plus tard, au XVIIe siècle, furent ajoutées les peintures murales et le clocher.




  




Le Festival de Paredes de Coura est un festival de musique rock international au Portugal dans la region du Minho, il a lieu au mois d'août dans la ville de Paredes de Coura.





Le Festival de Paredes de Coura se réalise la troisième semaine d’août. La petite ville accueille des milliers de personnes, attirés par le son de la musique rock.

Au mois d’août, la paisible petite ville de Paredes de Coura se transforme en un amphithéâtre naturel pour accueillir un grand festival de rock.

Paredes de Coura dispose de nombreuses attractions: l’archéologie, les paysages et la gastronomie. Le sport radical Terre et Mer fait partie de l’affiche touristique, le Safari en canoë incluant un jeep est une des autres possibilités; il y a aussi des visites aux îles du fleuve habitées par des canards sauvages, des échassiers, des martins-pêcheurs et autres oiseaux.

Commencez par le siège de la municipalité, où vous pourrez voir le Pelourinho, en poursuivant ensuite jusqu’au Musée Régional. À Infesta, venez admirer le vivier de truites. L’église de Notre Dame de la Purification est un autre local que vous pourrez visiter.

Pendant une promenade à Paredes de Coura, Rubiães, appréciez les bornes miliaires dans l’Adro da Igreja de S. Pedro (place de l’église), en vous arrêtant pour déjeuner au restaurant "Bom Retiro".



















Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article