Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 04:18
                                      

  

                                                            

                                                              

Figueira da Foz, qui doit son nom au fait qu’elle se trouve à l’embouchure du Fleuve Mondego, est l’une des principales stations balnéaires de la région du centre. Cosmopolite et pleine de vie, elle prit de l’importance au XIXè siècle lorsque "prendre des bains à Figueira" était habituel pour l’aristocratie du Centro de Portugal.

Figueira da Foz possède un vaste choix hôtelier, un casino fondé en 1900 et une excellente plage qui offre les conditions idéales à la pratique des sports nautiques, des épreuves des championnats de voile et de motonautique ayant lieu ici. Sur la grève, qui est la plus vaste du Portugal continental, a lieu en juillet le “Mundialito” (petit mondial) de football de plage, qui séduit chaque année de nouveaux spectateurs.




Figueira da Foz, située à l'embouchure de la rivière Mondego à 40 km à l'ouest de Coimbra est limitrophe : au nord, de cantanhede ,à l'est, de Montemor o velho et Soure ,au sud, de Pombal. Figueira da Foz est une ville(portugais:cidade)et une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Coimbra et la région Centre.













Imagem:Praiacov.JPG


Pendant des décennies Figueira da Foz a été une station balnéaire choisie principalement par les familles aisées du nord et du centre du Portugal pour leurs vacances d'été, à cause de les étendues plages de sable doré et de l'attraction de son grand casino; toutefois, elle a réussi à rénover son image, relativement dévaluée pendant les dernières années, et la présentation des compétitions internationales de surf l'a aidé à récupérer une partie de son ancienne popularité.



Imagem:PraiaFigueiradaFoz.JPG

La municipalité dispose en outre d'une façade maritime, à l'ouest, sur l'océan Atlantique, qui lui assure une certaine renommée grâce à sa grande plage de sable fin : a praia da Claridade, sur laquelle est régulièrement organisé le mini mondial de football de plage y est organisée, ainsi qu'un concours annuel de bikinis ouvert à tous.





      
       

La très large grève qui borde l’Avenue 25 de Abril, inclut diverses plages, mais seule la Plage de Relógio, ainsi désignée en raison de la Tour située à proximité, fut récompensée par le Drapeau Bleu 2006. Sur la grève, il existe des enceintes sportives où sont disputés les championnats internationaux tels que le “Mundialito” de Football de Plage, et la mer agitée est habituellement la scène de compétitions de surf, de voile et de moto des mers.



Durant la première moitié du XXè siècle, Figueira da Foz était l’une des principales stations balnéaires du Portugal, fréquentée par les familles aisées de la région nord. Aujourd’hui, bien qu’elle ait perdu une partie de cet éclat, elle continue à être une ville animée et cosmopolite. 


        


Aux environs, il est intéressant de grimper à la Montagne da Boa Viagem et d’apprécier le panorama depuis le Mirador da Vela, d’où l’on peut profiter d’une vue sur la ville et les Salines du Mondego, et les jours de beau temps il est possible d’entrevoir la côte maritime jusqu’aux Îles Berlengas.



         



C'est toujours très agréable de marcher au long de la vaste promenade côtière et de prendre un pot dans quelques-unes de ses esplanades, ou monter au belvédère au-dessus des montagnes de la Serra da Boa Viagem et admirer l'alliance entre la terre et la mer.





     


La municipalité dispose en outre d'une façade maritime, à l'ouest, sur l'océan Atlantique, qui lui assure une certaine renommée grâce à sa grande plage de sable fin : a praia da Claridade, sur laquelle est régulièrement organisé le mini mondial de football de plage y est organisée, ainsi qu'un concours annuel de bikinis ouvert à tous.
Découvrez la ville atlantique et son patrimoine historique, les actes patriotiques de ses habitants et les légendes de pirates.

Baignée par la mer et terre de pêcheurs, Figueira da Foz est joyeuse, pleine de vie et d’animation. Ce sont les plages de sable doré, le mouvement des bateaux à la Marina, les planches de surf qui déchirent les vagues et les poissons qui arrivent sur le marché.

Le Casino avec ses élégants salons, le port sportif et les évènements internationaux comme le Championnat Mondial de Surf et le "Mundialito" de Football de Plage font de Figueira da Foz un lieu très attrayant et sympathique pour passer vos vacances.

Venez découvrir les différentes possiblités de loisirs et ne manquez pas une visite aux nombreux témoins d’histoire et de culture de cette ville.

Nous savons aujourd’hui que Figueira da Foz est occupée depuis les temps pré-historiques, d’où proviennent des vestiges arquéologiques et des sculptures religieuses que l’on peut voir au Musée Municipal Dr. Santos Rocha.




                     


    Le Port Figueira da Foz
Le Mondego est le plus grand fleuve coulant seulement du Portugal.Se jette dans l'Atlantique.






 

                   Casa do Paço, un palais du XVIIème siècle.La Casa do Paço et sa collection d’azulejos Delft,


   

 extraordinnaire et unique dans le genre dans le monde entier, une excellente carte de visite pour celui qui arrive à la ville.


                



Fort de Sainte Catherine , lié aux Guerres Napoléoniennes,
Il présente une curieuse forme triangulaire avec, en son l'angle droit, un demi-bastion. À l’intérieur il existe une petite chapelle et des casernes. Elle faisait partie du même groupe de fortifications de défense que celui du Fort de Buarcos et du Fortin de Palheiros.

               











Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 09:27


             Image:MTR.png
                

          


 Le Chateau de Montalegre
Imagem:Castelo montalegre.JPG

Municipalité avec 805,8 km² de aire, avec une population de 12.150 habitants
 

Montalegre est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Vila Real et la région Nord, à 7 km de FRADES DO RIO.


    
La petite ville de Montalegre est dominée par le château construit au XIIIe siècle sur les ruines d'une fortification plus ancienne, ce qui montre l'importance de cette localité comme point stratégique de défense du territoire. 

           
Église du Xe / XIe siècle de style roman.


Environ un quart de la superficie de la municipalité de Montalegre fait partie du parc national de Peneda-Gerês, seul parc de ce type au Portugal, et en constitue la majeure partie en termes de superficie.

Imagem:Montalegre.jpg

En plein Parc National de Peneda-Gerês, cette région offre d’éblouissants paysages où la Nature conserve encore tout son charme. 

 


               

  Dans les environs, près du typique village communautaire de Pitões das Júnias, le petit et curieux Monastère de Santa Maria das Júnias, aujourd’hui en ruines appartint à l’Ordre des Cîteaux (XIIIe et XIVe siècles). 
  



A l’extrême nord-ouest du Portugal, entre le nord de la région Minho et Trás-os-Montes, la Serra da Peneda ainsi que celle du Gerês constituent l’unique aire protégée portugaise classée Parc National. C’est un monde à part où l’activité humaine s’intègre de façon harmonieuse dans la Nature, tout en préservant des valeurs et des traditions très anciennes bien visibles dans les villages communautaires de Pitões das Júnias et Tourém.




Parmi toutes les tonalités de vert, la végétation exubérante que revêtent les montagnes comprend une forêt de houx, unique dans le pays, et des espèces endémiques comme le lis du Gerês, qui égaie les champs avec ses tons de bleu-violet. Les terrains, très montagneux, sont traversés par des fleuves et des rivières qui s’écoulent rapidement et se précipitent en cascades, en traversant les sereines lagunes de barrages comme Caniçada, Vilarinho das Furnas ou Portela do Homem. Les paysages y sont éblouissants.


Barroso, une région aux terres montagneuses et agrestes, où s’élèvent les bovins dont la race régionale est précisément appelée "barrosã". Connue pour sa viande très appréciée depuis des siècles comme un met divin, elle fut récemment certifiée par une dénomination d'origine protégée. 

est aussi originaire le "Vin des Morts", ainsi appelé car une fois mis en bouteille, il est enterré dans le sol et y reste pour fermenter dans l’obscurité pendant un an environ. Cette technique fut découverte par le plus pur des hasards au XIXe siècle, pendant les Invasions Napoléoniennes, lorsque la population locale cacha ses biens et ses cueillettes dans les endroits les plus inattendus, pour éviter d’être pillée. Une fois hors de danger, le vin fut déterré et on découvrit que finalement il avait acquit une excellente qualité. 



   

Mais si vous avez l’intention de dépensez vos énergies, les opportunités ne manqueront pas, car vous y trouverez les conditions requises à la pratique d’activités telles que le canyoning ou le canoë. Si vous désirez uniquement vous promener, suivez le tracé sinueux et bien conservé de la route romaine et admirez les bornes milliaires avec près de deux mille ans ou choisissez d’autres parcours où vous pourrez admirer des menhirs et des dolmens, parfaitement intégrés dans le paysage.

           
           

Les eaux de la région sont également d’excellente qualité, et tout particulièrement les "eaux saintes" des Thermes de Carvalhelhos.



Du point de vue gastronomique, Montalegre est connue pour sa production de saucisses et de jambon fumé, avec la Foire du Fumoir qui se réalise tous les ans en janvier, l’opportunité idéale d’acquérir ces mets. 















 

 
 le Fleuve, au Centre Ville...










   Montaigne du " Larouco "






                             


                   


                   





     




       Barrage de Pizões


           Montalegre


Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 07:09

                                        


                                                        

Trancoso est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Guarda et la région Centre. Municipalité avec 364,54 km² de aire et  10 889 habitants


                                        






Entrer dans cette ville est impressionnant car, par les grandes murailles, s’ouvre l’ancienne Porte d’El Rei. A l’intérieur, le matériau prédominant est la pierre, utilisée dans le centre historique et dans les principaux monuments de Trancoso, comme le pilori, le château et l’Eglise de St. Pierre. La porte médiévale est un hommage au roi D. Dinis, qui s’est marié ici en 1282 avec Isabel d’Aragon. Il offrit la ville à la reine comme cadeau de mariage et institua une foire franche qui est à l’origine de la grande Foire réalisée tous les ans à partir du 15 août.





Découvrir où se trouvent les maisons où vécurent les juifs qui s’établirent ici au XVe siècle est le défi que nous vous lançons. On les distingue grâce à leurs deux portes, une plus large pour l’activité commerciale qu’ils exerçaient, et une autre plus étroite pour une utilisation privée. La Casa do Gato Preto (Maison du Chat noir), (située Place Luís de Albuquerque), l’ancienne synagogue et le lieu de résidence du rabbin, en sont les plus emblématiques.

Un des juifs les plus connus de Trancoso fut le mystérieux Bandarra (1500-45), un cordonnier qui prophétisa l’avenir du Portugal et inspira beaucoup d’écrivains, notamment Fernando Pessoa.

Image:Trancoso2.jpg

Trancoso se trouve aujourd'hui encerclé de murailles de granit, qui furent le témoin du mariage du roi Denis Ier de Portugal avec la Reine Sainte, Isabelle d'Aragon en 1282. Un château médiéval, datant de 1160 et plusieurs fois remanié depuis, domine ce majesteux ensemble fortifié.

Image:Trancoso3.jpg


Avec ses nombreux monuments, son architecture civile et religieuse, la ville constitue un des lieux les plus expressifs et les plus beaux de l'histoire du pays, visité annuellement par plusieurs milliers de personnes.

Image:Castelo de Trancoso4.jpg


Se détachent, entre tous, les églises paroissiales de Sainte Marie et de Saint Pierre, la Maison des Arcs, du XVIème siècle, l'église de la Miséricorde, la Maison du Chat Noir (un curieux bâtiment de l'ancien quartier judaïque), et le Pilori, une pièce du plus pur style manuélin. Bien que le centre historique médiéval soit resté inaltéré, une ville moderne est née autour.

Image:Castelo de Trancoso3.jpg


Dans cette ville sont nés deux figures importantes de l'histoire du Portugal: Gonçalo Anes Bandarra, cordonnier à l'origine du Sébastianisme et le Père Francisco.

Image:Castelo de Trancoso2.jpg


Ici, ont eu lieu d'importantes batailles, parmi lesquelles la bataille de Trancoso en 1385, qui a imposé une première défaite aux troupes de Castille avant que la bataille d'Aljubarrota ne la mette complètement en déroute. Ces victoires ont assuré l'indépendance du Portugal vis-à-vis de son voisin et restent très fortes dans l'imaginaire collectif portugal



Murailles et Château de Trancoso
La muraille au tracé irrégulier et la citadelle du château font preuve jusqu’à aujourd’hui de bonnes conditions de conservation, un fait qui contribue à l’atmosphère médiévale existant à Trancoso.

D’après les données historiques, le château existait déjà au Xe siècle, mais il n’intégra le territoire portugais qu’en 1160 lorsqu'il fut définitivement conquis aux Maures par le premier roi du Portugal, Afonso Henriques. Comme point stratégique dans la politique de défense de la frontière portugaise, Trancoso subit de nombreux travaux d’amélioration et de renforcement au fil des siècles. Les travaux les plus significatifs furent ceux entrepris par le roi Dinis, en 1282, qui ordonna la construction de la muraille.

On peut entrer dans la ville en passant par l’une des quatre ouvertures de la muraille : la Porte d’El Rei au sud-est, la Porte du Prado au nord-est et au nord les Portes de Carvalho et de la Trahison.

La Porte d’El Rei, la plus imposante des portes et la principale entrée à Trancoso, est ainsi appelée en référence aux travaux que le roi Dinis ordonna au XIIIe siècle et dont les armoiries sont visibles sur la partie supérieure, ainsi que celles de la commune. Des diverses tours existantes, quatre se fondent dans la muraille et sept dans la citadelle, la plus importante étant la tour du donjon. La muraille présente une construction moçarabe de plan carré avec une étrange configuration puisque le corps se rétrécie au sommet et se termine en créneaux. Sur l’une des tours se trouvent les ruines de la Chapelle de Sainte Barbara.

Au nord-est, le château atteint le point culminant du plateau où il se trouve, à 875 mètres de haut, qui le transforme en un parfait mirador sur les environs. À l’horizon, on peut apercevoir la Serra da Estrela au sud, la Serra da Marofa à l'ouest et les monts Penedo au nord.


                             Image:Castelo de Trancoso.jpg


Trancoso reçut son premier for accordé par Afonso Henriques (entre 1173 et 1185), ayant été confirmé par
 Afonso II en 1217 et par João Ier en 1391. Toutefois, ce ne fut qu’au XVIe siècle que Trancoso gagna
 le symbole du pouvoir local, le pilori, suite au renouvellement du fort, ordonné par Manuel Ier en 1510.

L’époque de sa construction justifie l’élégance de la cage (partie supérieure) où domine l’utilisation d’éléments
 décoratifs manuélins, notamment la sphère armillaire ou l’astrolabe sphérique et la Croix du Christ en fer.

Le pilori se trouve en plein centre historique de Trancoso, au carrefour des axes qui relient les quatre portes
 de la muraille.
Image:Pelourinho de Trancoso 1.jpg

La bataille de Trancoso a opposé le Portugal et la Castille en Juin 1385. Elle s'inscrit dans la crise de succession
 au trône du Portugal que le roi Jean Ier de Castille revendique.

Pendant que le roi pénètre avec une partie de ses troupes par Elvas dans le sud du pays, l'autre partie
 prend Almeida, plus au nord, puis arrive à Trancoso, qu'elle pille avant de recommencer à Viseu.
 C'est après cette incursion qu'ils se retrouvent face aux troupes des seigneurs de Trancoso
(Gonçalo Vasques Coutinho), de Linhares (Martim Vasques da Cunha) et de Celorico (João Fernandes Pacheco)
 unies pour l'occasion.

La rencontre a lieue près de la chapelle Saint-Marc de Trancoso. Les Portugais victorieux récupèrent leurs
biens et libèrent tous les prisonniers.

Un mois plus tard, une nouvelle incursion castillane, repassant par Trancoso, brûlera la chapelle de Saint-Marc.
Se dirigeant vers Lisbonne, ils croiseront de nouveau les troupes portugaises lors de la bataille d'Aljubarrota.

Selon la légende locale, lors de la bataille, Saint Marc serait apparu par miracle parmi les chevaliers, afin de
les encourager. Les fers de sa monture seraient depuis gravés sur une pierre.



                       Image:Pelourinho de Trancoso 2.jpg



 Église Matrice de Saint-Pierre - Trancoso
Située dans le centre historique de Trancoso, près de l’Église de la Miséricorde et de l’ancien Hôtel de Ville
 et Prison, l’Église de Saint Pierre est un temple à l’extérieur sobre présentant une architecture et décoration du
 XVIIIe siècle.


Le premier temple a été construit à cet endroit en 1320 et était alors siège de la paroisse médiévale. En 1621,
 le Gouverneur des Armes de la Province de Beira, Álvaro de Abranches, commanda l’exécution du tombeau de
 Bandarra, un cordonnier poète qui a marqué l’histoire de Trancoso avec ses rimes prémonitoires. Presque
un siècle plus tard, vers 1720, commencèrent les travaux de construction de la nouvelle église que l’on peut
voir actuellement.

À l’intérieur, outre le tombeau de Bandarra, on s’arrêtera sur les retables en bois sculpté et la peinture de la
voûte de la chapelle principale.

 À l’extérieur, on ne manquera pas d’admirer le Pilori qui donne son nom à la place.















 Barrage do teja à Trancoso

Image:Barragem Teja 4.jpg

Image:Barragem Teja 1.jpg



Image:Barragem Teja 2.jpg


Image:Barragem Teja 5.jpg

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 07:05
                                  


                                                          Imagem:Pt-sbg1.png

Sabugal est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Guarda et la région Centre   Sabugal , Municipalité  avec  826,70 km² de aire et 13 769 habitants 





                                     

       Chateau de Sabugal


Quartier général des troupes luso-britanniques qui combattirent lors de la 3ème Invasion française, le Château de Sabugal est un morceau de l’histoire de l’une des nations les plus anciennes d’Europe.


                     


Impressionnant ensemble de l’architecture militaire gothique, il possède une enceinte urbaine ovale au tracé irrégulier et une citadelle avec une double enceinte fortifiée, barbacane et tourelles cylindriques. L’enceinte extérieure est de forme pentagonale irrégulière et celle de l’intérieur possède cinq tours carrées.




Surplombant la rivière Côa, ce territoire appartenait au royaume de León jusqu’en 1297, année où il fut intégré au territoire portugais. Le Donjon et les travaux de restauration datent de 1641.


Image:Nt-castelo-sabugal-3.jpg


LA VILLE A SES ORIGINES AU SIEC VI ET EN 1160 A ÉTÉ CONQUISE PAR LE PREMIER ROI DU PORTUGAL ( FILS DU DUC DE BORGOGNE-FRANCE !) À 1190.

Image:Nt-castelo-sabugal-2.jpg



LE CHATEAUFORT MÉDIEVAL A LE DONJON AVEC LES "CINCO QUINAS" ( CINCO ÉCUSSON- SYMBOLE HERALDIQUE DU PORTUGAL)

Image:Nt-castelo-sabugal-1.jpg


 C'EST INTÉRESSANT DE VOIR DANS LA FAÇADE DE L'EGLISE DE MISERICORDIA, GRAVÉ DANS LA PIERRE LA MESURE DU "COVADO", MESURE DE LONGEUR MEDIEVAL.

 Chateau,Sortelha,Sabugal

Couronné d’un château construit sur un formidable ensemble rocheux, Sortelho conserve intacte son allure médiévale dans l’architecture de ses maisons rurales en granit.

Image:Nt-castelo-sortelha3.jpg
                 

armillaire, symbole de D. Manuel 1er et l’édifice qui servit d’Hôtel de ville à cette époque-là. Sur le montant d’une autre porte, tournée à l’est, deux entailles sur la pierre représentent des mesures métriques (la plus grande, un « aune » et la plus petite une «coudée »), qui servaient de point de repère pour les commerçants médiévaux. 


  
Image:Nt-castelo-sortelha2.jpg

Il faisait partie de l’importante ligne défensive des places fortes de frontière, édifiées ou reconstruites pour la plupart sur les forteresses laissées par les anciennes civilisations ibériques. Son nom provient du relief escarpé qui entoure le village en formant un anneau (sortija, en castillan).



Image:Nt-castelo-sortelha-portas-vila.jpg

On entre dans le village par une porte gothique au-dessus de laquelle on voit un balcon (Varanda de Pilatos), avec des ouvertures par où au Moyen-Âge les habitants lançaient toutes sortes de sympathiques projectiles sur les assaillants, notamment de l’huile brûlante. Remarquez aussi le joli pilori surmonté d’une sphère


Image:Nt-castelo-sortelha-muralhas-interiores.jpg


Image:Sortelha.jpg


armillaire, symbole de D. Manuel 1er et l’édifice qui servit d’Hôtel de ville à cette époque-là. Sur le montant d’une autre porte, tournée à l’est, deux entailles sur la pierre représentent des mesures métriques (la plus grande, un « aune » et la plus petite une «coudée »), qui servaient de point de repère pour les commerçants médiévaux.


Image:Sortelha aldeia granitica.jpg


Le charme de ce village se doit à son allure médiévale et au fait que toutes les maisons, construites en granit et possédant généralement un seul étage, soient édifiées sur la roche et accompagnent le relief du terrain.


Image:Sortelha.2006.02-001.jpg


Image:Sortelha.2006.02-002.jpg

                             Image:Nt-castelo-sortelha4.jpg


                              Image:Nt-castelo-sortelha7.jpg



                             Image:Nt-castelo-sortelha8.jpg

                  


                      EXCELLENT PANORAMA SUR LE RIVE COA, AVEC UN JOLIE PONT.


                                                    

          




                

                   




 










           BARRAGE du SABUGAL et sont fleuve CÔA




Il faisait partie de l'importante ligne défensive des places fortes de frontière, édifiées ou reconstruites pour la plupart sur les forteresses laissées par les anciennes civilisations ibériques. Son nom provient du relief escarpé qui entoure le village en formant un anneau (sortija, en castillan).






On entre dans le village par une porte gothique au-dessus de laquelle on voit un balcon (Varanda de Pilatos), avec des ouvertures par où au Moyen-Âge les habitants lançaient toutes sortes de sympathiques projectiles sur les assaillants, notamment de l'huile brûlante. Remarquez aussi le joli pilori surmonté d'une sphère armillaire, symbole de D. Manuel 1er et l'édifice qui servit d'Hôtel de ville à cette époque-là. Sur le montant d'une autre porte, tournée à l'est, deux entailles sur la pierre représentent des mesures métriques (la plus grande, un « aune » et la plus petite une «coudée »), qui servaient de point de repère pour les commerçants médiévaux.

Le charme de ce village se doit à son allure médiévale et au fait que toutes les maisons, construites en granit et possédant généralement un seul étage, soient édifiées sur la roche et accompagnent le relief du terrain.




Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 07:02
                             


                                                    


                                               



                                             Almeida , Municipalité avec 520,55 km² de aire  et 7 402 habitants 


                       


  Almeida est aujourd’hui une ville tranquille près de la frontière entre le Portugal et l’Espagne, entourée par un paysage bucolique plein de charme, où l’on respire l’air pur du plateau.


         
Cette notable place forte fut édifiée au XVIIè et XVIIIè siècles, autour d’un château médiéval, dans un lieu extrêmement important comme point de défense stratégique de la région, puisqu’il se trouve sur un plateau à environ 12 kms de la ligne frontière avec l’Espagne, définie par le Traité de Alcanices en 1297, date où Almeida devint portugaise.

Imagem:AlmeidaGate.jpg

Almeida est l’un des meilleurs exemples de fortification bastionnée existante au Portugal.  Cela se traduit par des murailles en pierre de taille entourées d’un vaste fossé qui rendaient difficile le passage des envahisseurs, des boulevards stratégiquement placés qui permettaient l’observation de tout le territoire alentour, trois portes ouvertes en tunnel et voûtées, de fausses portes pour tromper les envahisseurs, des prisons souterraines qui, dotées de tout le nécessaire à la survie en cas de guerre, pourraient servir d’abri à toute le population.


Almeida fut, tout au long des siècles, le théâtre de luttes, parmi lesquelles se distinguent les Guerres de la Restauration (XVIIè siècle), lorsque les espagnols furent définitivement écartés du trône du Portugal, et les invasions françaises au XIXè siècle lorsque les troupes napoléoniennes l’encerclèrent durant une longue période, le château et une partie de la muraille ayant alors été gravement détruits par l’explosion d’une énorme quantité de poudre emmagasinée dans les soutes à poudre, ce qui provoqua sa reddition.






À l’intérieur de la fortification, l’ensemble harmonieux de maisons, et les nombreux édifices religieux et civils éparpillés dans les rues étroites qui conservent l’atmosphère d’autres temps, méritent une visite
 




 

Murailles de la Place d’Almeida
Avec la forme d’un polygone régulier, les murailles, les bastions, les ravelins, les portes, les "cassamatas" et les fossés forment l’un des plus importants systèmes de fortification bastionnée.
La forteresse possède un périmètre de 2 500 m et l’aire totale de la place est de 6 500 m2.
Vue du ciel, cette ville fortifiée ressemble à une étoile de 12 pointes, qui est le nombre de bastions qui l’entourent.








Mais depuis 1296, année où le roi D. Dinis la prit d’assaut, jusqu’au XIXe siècle, cette pacifique ville historique fut un lieu de bataille et dut subir des sièges prolongés. Avec ses murailles et ses bastions, c’est l’une des plus intéressantes forteresses du monde, où est visible la technique de « l’hexagone » de Vauban, l’ingénieur militaire de Louis XIV.






Chaque angle du polygone est formé par un bastion en forme de lance et entre eux se dressent d’autres plus petits, les ravelins. Selon les tactiques militaires des XVIIe et XVIIIe siècles, cette configuration en étoile permettait un feu croisé. A certains endroits vous réussirez à apercevoir une bonne partie de cette étoile irrégulière de 12 pointes.




En 1810, le général français Masséna assiégea Almeida qui résista courageusement pendant 17 jours. Mais elle fut forcée à capituler quand, par maladresse, un soldat mit le feu au dépôt de munition, tuant près de 500 soldats de la garnison et détruisant le primitif château médiéval. Les conditions de la capitulation furent signées à la Casa da Guarda, aux portes de S. Francisco, où actuellement se trouve installé l’Office de Tourisme.






Même si vous n’êtes pas un spécialiste en techniques militaires, ne manquez pas une promenade originale le long des 2500 mètres du chemin de garde en haut des bastions, en suivant le trajet que les soldats parcouraient autrefois pendant leur tour de ronde.


Classé village historique, Almeida est un village fortifié  qui vu du ciel ressemble à une étoile de 12 branches, autant de branches que de boulevards et de ravelins qui entourent le lieu sur un périmètre de 2500 mètres.

..





« Masséna était fortement constitué, infatigable, nuit et jour à cheval parmi les rochers et dans les montagnes. C'était le genre de guerre qu'il entendait spécialement. Il était décidé, brave, intrépide, plein d'ambition et d'amour-propre; son caractère distinctif était l'opiniâtreté; il n'était jamais découragé; il négligeait la discipline ; soignait mal l'administration, et, par cette raison, était peu aimé du soldat. Il faisait assez mal les dispositions d'une attaque. Sa conversation était peu intéressante ; mais au premier coup de canon, au milieu des boulets et des dangers, sa pensée acquérait de la force et de la clarté. Était-il battu, il recommençait comme s'il eût été vainqueur.  Il a sous ses ordres de Napoleon Bonaparte, où il fait preuve d'un courage à la limite de la témérité. « Général d'un rare courage et d'une ténacité si remarquable, dont le talent croissait par l'excès du péril, qui, vaincu, était toujours prêt à recommencer comme s'il eût été vainqueur.  Mémorial de Sainte-Hélène.) « Masséna était un homme d'un talent supérieur. Néanmoins, il faisait de mauvaises dispositions avant une bataille ; et ce n'était que lorsque les hommes tombaient de tous côtés qu'il commençait à agir avec le jugement qu'il aurait dû montrer auparavant. Au milieu des morts et des mourants, de la grêle de balles qui moissonnaient tout autour de lui, Masséna était toujours lui-même; il donnait ses ordres et faisait ses dispositions avec le plus grand sang-froid. Voilà la vera nobilità di sanque. On disait avec vérité de Masséna qu'il ne commençait à agir avec discernement, que lorsque la chance d'une bataille se déclarait contre lui. C'était néanmoins un grand pillard. Il était toujours de moitié avec les fournisseurs et les commissaires de l'armée. Je lui dis plusieurs fois que, s'il voulait cesser ses spéculations, je lui ferais présent de 800,000 francs ou d'un million ; mais il en avait tellement pris l'habitude, qu'il ne pouvait s'empêcher de se mêler de ces sales intrigues pécuniaires. Il était haï, pour cela, par les soldats, qui se révoltèrent plusieurs fois contre lui. Cependant, c'était un homme précieux, et il eût été un grand homme, si ces qualités n'eussent été obscurcies par le vice honteux de l'avarice. Envoyé au Portugal  en 1810,pour en chasser les Anglais, il échoua comme avaient échoué ,mais il faut dire que les forces qu'il commandait étaient fort inégales, qu'il manquait de munitions et qu'il fut mal secon
En 1810, il reçoit le commandement de l’Armée du Portugal. Le 9 juillet, après avoir pris Ciudad-Rodrigo (Espagne), il entre au Portugal et se heurte à Wellington, et à ses fortifications de Torres-Vedras le 27 juillet. Il s'empare d'Almeida le 29 août, à l'issue d'un terrible siège. Une fois encore, il tient, en attente de renforts qui ne viendront pas. Il est forcé de se retirer en 1811. Une fois encore, il connaît la disgrâce de Napoléon, peut-être cette fois pour ses nouvelles déprédations. Il ne connaîtra plus le champ de bataille.

Gouverneur militaire à Marseille, il reste en fonction à la première Restauration. Pendant les Cent-Jours, Masséna se rallie à l’Empereur. Commandant de la Garde nationale de Paris après Waterloo, il est vite démis de cette fonction par Louis XVIII. Il meurt deux ans plus tard, à 59 ans.

En 1810, il reçoit le commandement de l’Armée du Portugal. Le 9 juillet, après avoir pris Ciudad-Rodrigo (Espagne), il entre au Portugal et se heurte à Wellington, et à ses fortifications de Torres-Vedras le 27 juillet. Il s'empare d'Almeida le 29 août, à l'issue d'un terrible siège. Une fois encore, il tient, en attente de renforts qui ne viendront pas. Il est forcé de se retirer en 1811. Une fois encore, il connaît la disgrâce de Napoléon, peut-être cette fois pour ses nouvelles déprédations. Il ne connaîtra plus le champ de bataille.

Gouverneur militaire à Marseille, il reste en fonction à la première Restauration. Pendant les Cent-Jours, Masséna se rallie à l’Empereur. Commandant de la Garde nationale de Paris après Waterloo, il est vite démis de cette fonction par Louis XVIII. Il meurt deux ans plus tard, à 59 ans.


                                       MARECHAL MASSENA (1758-1817), DUC DE RIVOLI, PRINCE D’ESSLING



                                                           

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 06:01

                                 ♥♥♥ Portugal... ♥♥♥


                                                         Imagem:Pt-pbl3.png



                                   Pombal  Municipalité avec 626.1 km² de aire et une population de  58,617 habitants.







Ce fut le maître des Templiers D. Gualdim Pais qui au XIIè siècle fit construire le Château de Pombal, autour duquel la ville s’est peu à peu développée, dans une région qui à l’époque était une ligne de séparation entre le territoire conquit par les Chrétiens et celui demeurant aux mains des Maures. 

                

 C’est avec la construction de la route Lisbonne Porto, qui passait au centre de la ville, que toute la région bénéficia d’un élan de développement.





 Sur ordre du Marquis de Pombal, qui au XVIIIè siècle passa ici les dernières années de sa vie, la partie basse de la ville fut aménagée et quelques édifices publics furent construits.





Le Château de Pombal mérite que l’on cite son Donjon où l’on peut voir une fenêtre jumelée qui éclairait l’une des salles du palais des alcades.





Il subsiste encore des restes des édifications militaires de la place d’armes et des vestiges de la reconstruction entreprise sous le règne Manuel Ier, tels que la sphère armillaire, la fenêtre jumelée et les armoiries.





 Château de Pombal, fondé par le maître Templier, Gualdim Pais (XII s.), qui représentait à l’époque, la ligne de division entre le territoire déjà conquis par les chrétiens et celui qui était aux mains des maures.





Plus tard, au XVI siècle, D.Manuel l’a fait reconstruire et vous pourrez, encore aujourd’hui, voir les symboles du roi: la sphère armillaire, la fenêtre géminée et les armes royales.

Pombal est une ville du centre du portugal, Portugal de la région de Leiria. Elle se situe à mi-chemin entre Lisbonne et Porto, et à une trentaine de kilomètres de l'Océan Atlantique.


                                  

                                     



Aujourd’hui la route ne passe plus par le centre de la ville, mais la région est dotée d’excellents accès, qui facilitent la circulation dans les environs et permettent la visite de la Montagne de Sicó,

                



 avec ses grottes 

       



et ses villages typiques 

  

où sont fabriqués des fromages, des gâteaux traditionnels et de l’artisanat et notamment des tapis, des paniers et des paillassons, de la céramique et des objets tissés.

                                           


Imagem:Aqueduto do Louriçal.JPG












                                                                                   Torre do Relógio Velho


      

                      
           
Classée   Monument   National, la Tour de l’Horloge est un édifice quadrangulaire, en pierre, couronné de créneaux échancrés et surmonté d’un couronnement conique aux ornements du XVI e siècle.






 La Plage de Osso da Baleia est une très vaste grève à perte de vue qui s’étend en face du Bois National de Urso.

Très calme, et cachée par des dunes, qui la séparent de la route, cette plage s’est distinguée sa qualité environnementale.








Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 17:50

                                    



                                                          




Santa Maria da Feira est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district d'Aveiro et la région Centre.

           Santa Maria da Feira Municipalité avec 215.1 km² de aire, et une population de 140,494 habitants,




                                





                                     



           Le Chateau
                                                                 

Une ville prospère, dû à l'industrie du liège et malgré l'influence exercée par le voisin Porto, Santa Maria da Feira présente l'atmosphère calme des siècles passés, palpable au centre historique et à l'arboré parc qui entoure le fort.

Image:Castelo de Sta. Maria da Feira7.jpg



Au centre d’une région qui aux XIè et XIIè siècles était connue comme "Terras de Santa Maria" et lien entre le Nord et Coimbra, cette ville doit son nom à un marché qui à l’époque avait lieu sur ces terres. La ville a comme ex-libris son château, construit au XVè siècle avec une ligne peu habituelle dans les châteaux portugais, on le croirait tout droit sorti d’un conte de Fées.


Image:Castelo de Sta. Maria da Feira3.jpg


Santa Maria da Feira est actuellement une ville dotée d’excellentes infrastructures telles que l’Europarque – un centre de congrès moderne avec un programme varié d’évènements culturels - et le Visionarium – musée de science interactive. Le Musée du papier mérite également d’être cité.

Image:Castelo de Sta. Maria da Feira5.jpg


Sur le calendrier des évènements traditionnels, la Fête des Fogaceiras est sans l’ombre d’un doute la plus importante. Elle a lieu tous les ans le 20 Janvier et le clou du spectacle est le cortège des Fogaceiras, comme sont appelées les filles qui transportent sur la tête les «fogaças» (sorte de pain sucré).


Image:Castelo de Sta. Maria da Feira6.jpg

Santa Maria da Feira doit son nom à une longue tradition; déjà en 1117, un document mentionne la «Terre de Sainte Marie, un lieu auquel on appelle Foire», en faisant allusion aux foires et aux marchés réalisés au pied de la colline où s'élève le château et où les paysans pouvaient trouver des grains, des instruments agricoles, des outils, des tissus et tout le nécessaire pour la vie quotidienne.


Image:Castelo de Sta. Maria da Feira.JPG


De nos jours, chaque mois il y a encore un marché dans l'ancien et spacieux Rossio, duquel part un immense escalier double qui va à l'Église des Lóios, avec de jolis carreaux décorés du XVIIème siècle, et au Couvent de Saint Eli.

Image:Castelo de Sta. Maria da Feira4.jpg

La charmante forteresse est fière de ses tourelles et créneaux, en couronnant ce village de rues sinueuses avec des maisons du XVIIIème au XIXème siècle, la belle fontaine ornementale du XVIIIème siècle à la Praça Velha (Vieille Place) et l'Église de la Miséricorde, de la même période.






           Europarque...
 Europarque se situe à Santa Maria da Feira, à côté du Palais des Congrès Europarque, à 30 km de Porto et à 15 km des plages Espinho et Esmoriz

Image:Europarque - Sta. Maria da Feira.jpg


Situé à environ 30 km au sud de Porto, le centre "Europarque" occupe un vaste espace naturel -comprenant notamment forêt, lac et rivière- sur le territoire de la "municipalité" de Santa Maria da Feira.

Construit récemment grâce au concours de l'Association industrielle de Porto -AIP (qui regroupe les principales entreprises industrielles de Porto), le centre Europarque est constitué d'un musée pédagogique des sciences et techniques (le "Visionarium") ainsi que d'un important complexe d'espaces comprenant en particulier de vastes surfaces d'exposition.


Image:Europarque - Sta. Maria da Feira2.jpg




Èglise de la Paroisse


Image:Igreja Matriz de Sta. Maria da Feira e Convento dos Loios.jpg


Image:Igreja da Misericórdia - Sta. Maria da Feira.jpg



        Centre Ville

Image:Pça. da República - Sta. Maria da Feira.jpg




En janvier a lieu la Festa das Fogaceiras, un populaire festival traditionnel en honneur à la spécialité locale, les fogaças, du pain sucré à la farine de blé, de saveur délicate.

                                    

          Foire Mediéval


                     




Image:FeiraMedieval 2005-08-03.jpg



                                  Image:Festa Arcos PacosBrandao.jpg

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 13:08
RIO SABOR



                                     Imagem:Rio Sabor - Parque Natural de Montezinho.jpg


RIO TUA MIRANDELA

Imagem:Mirandela 6.JPG


RIO PAIVA AFLUENTE DO DOURO



                                  Imagem:Rio Paiva em Alvarenga.jpg


                   

RIO TÄMEGA CHAVES


rio zêzere

                  


rio càvado
Imagem:Cavado ponte do bico.jpg






Arcos de valdeves

Imagem:RioVezArcosdeValdevez.jpg


Image:Ermelo.jpg



RIO CAVADO BARCELOS
Imagem:Barcelos Ponte ed5eval sobre o Rio Cávado1400.JPG


Image:Barcelos1476.JPG


RIO CAVADO NA FOZ

Imagem:Foz cavado.jpg


rio Homen
 

Imagem:Foz do homem.jpg


Barragem do RIO Rabagão

Imagem:Barragem alto rabagao.jpg

Cavado et Barrage da Caniçada

Imagem:Vistas da barragem.jpg

Cavado et VILARINHO DAS FURNAS

Imagem:Albufeira da Barragem de Vilarinho das Furnas.jpg


RIO LIMA PRAIA


Imagem:Rio Lima 2.JPG

RIO LIMA E PONTE DE LIMA
Imagem:Ponte Ponte Lima.JPG


RIO AVE

Imagem:Vila do Conde.jpg
Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 12:04
   

Le Douro ['doɾu] (nom portugais) ou Duero (nom espagnol) est un fleuve qui prend sa source en Espagne  puis traverse le Portugal  où il se jette dans l'océan Atlantique  près de Porto.




Imagem:Rio douro.jpg



















RIO DOURO MIRANDA DO DOURO

Image:Rio Douro em Miranda do Douro.jpg



















        
Image:Douro River Portugal.jpg



Image:Arrabida.jpg


Image:Cabedelo (rio Douro).JPG

Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 22:14

                               

                                                     

                                     


Penedono
est une municipalité (en portugais : concelho ou município) du Portugal, située dans le district de Viseu et la région Nord.

                                    

Penedono est localisé lá où « la Beira finit et le Douro commence. »



Image:Necropole Megalitica Lameira-de-Cima 8 (OUT-06).jpg

Penedono, jadis Pena do Dono, est situé au nord-est du district de Viseu et s’ étend sur une superficie de 132,69 km2. Il s’ agit d’un canton – mosaïque ou, mieux encore, d’ un espace synthèse.

 




N’ étant pas possible de préciser avec exactitude la date de « naissance »de ce canton, on peut, cependant, référer qu’ il existe dans cette région des preuves que cette zone a été peuplée depuis la plus grande antiquité.




Image:Pelourinho de Penedono 1.jpg

Comme témoin de cette occupation, il existe un vaste patrimoine archéologique, achitectonique et religieux, tout comme de nombreuses chartes attribuées depuis D. Fernando I « Le Grand », jusqu’ à D. Manuel I.


Image:Penedono 1.jpg


L’ une de ses actuelles neuf communes, Penela da Beira, a eu l’ honneur de voir son nom mentionné dans la première charte accordée aux terres portugaises.






Ici s’ est établi l’ « Homo Sapiens » du mégalithique, comme nous l’ atteste le Dolmen du Carvalhal sur lequel la chrétienté, après des millénaires, a fait édifier la chapelle de Senhora do Monte.





Les autres points de référence sont également, les Mines d’ Or de Santo António en déclin, situées dans la commune de Granja, le Pilori et la Tour de l’ Horloge de Souto, le Pont Roman de Beselga, la Voie Romaine de Ourozinho, tout comme les savoureuses légendes des maures enchantées aux trésors cachés dans les confins du Municipe, facteurs qui font de Penedono un véritable point d’ attraction touristique.




Actuellement, il existe un fort engagement dans le but de préserver et valoriser ce magnifique patrimoine, dans la mesure où les travaux de restauration et les édifications ultérieures telles que le Ciné Forum, le Manoir des Freixos, la Bibliothèque Municipale, le nouveau Centre Médical et les Piscines Municipales, ont en commun le rôle de respecter scrupuleusement l’ aspect architectonique et le matériel granitique de cette région, en s’ y intégrant de façon cohérente et harmonieuse.







La singularité du Canton de Penedono repose sur le fait qu’ il conserve la mémoire des saveurs, des savoirs et des plats simples et rústiques du quotidien en ayant recours aux richesses que la terre lui offre.



Imagem:Castelo de Penedono 10.jpg


En somme, le Canton de Penedono se dédie au bien-être et à la prospérité de sa population, qui reste les bras bien ouverts pour recevoir de façon cordiale et hospitalière, tous ceux qui y viennent bien attentionnés. 


Imagem:Castelo de Penedono 1.jpg



Imagem:Castelo de Penedono 3.jpg


Imagem:Castelo de Penedono 7.jpg


Image:Castelo de Penedono 8.jpg



Image:Castelo de Penedono 9.jpg


Image:Castelo de Penedono 2.jpg

                         Image:Castelo de Penedono 6.jpg





Image:Necropole Megalitica Lameira-de-Cima 5 (OUT-06).jpg

Dotée d'une excellente eau de source et d'une cuisine traditionnelle qui s'inspire de la simplicité des coûtumes de nos villages



Repost 0
Published by le jardin du portugal
commenter cet article